— Andrea Izzotti / Shutterstock.com

Dans le cadre de fouilles réalisées sur un ancien site égyptien, des archéologues ont découvert une momie vieille de 2 000 ans possédant un attribut pour le moins inhabituel : une langue dorée.

Plus d’une quinzaine de sépultures découvertes

La momie a été découverte par une équipe d’archéologues dans l’une des 16 sépultures récemment mises au jour à Taposiris Magna, site abritant des temples dédiés à Osiris, dieu des enfers, et Isis, déesse qui était à la fois l’épouse et la sœur de ce dernier. Auparavant, les fouilles réalisées sur place avaient conduit à la découverte d’un tas de pièces de monnaie frappées à l’effigie de Cléopâtre VII, ce qui suggère que ces lieux sacrés étaient utilisés durant son règne.

Selon le ministère égyptien des Antiquités, les embaumeurs auraient pu placer la langue dorée à l’intérieur de la cavité buccale du défunt afin de s’assurer qu’il puisse parler à Osiris lorsqu’il aurait été amené à le rencontrer dans l’au-delà. Pour l’heure, on ignore si l’individu momifié souffrait d’un trouble de la parole, ainsi que la raison pour laquelle l’organe factice découvert était fait d’or.

Datant également de 2 000 ans, les 15 autres sépultures contiennent également des trésors archéologiques remarquables. L’une d’entre elles renfermait une momie portant un masque mortuaire incluant une coiffe et la représentant souriante (voir tweet ci-dessous), tandis que des fragments de parchemins, que les chercheurs analysent et déchiffrent actuellement, ont été découverts dans deux autres tombes. Selon l’équipe, les couches de plâtre, ou cartonnage, recouvrant l’une des deux dépouilles incluaient des motifs dorés renvoyant également à Osiris.

Des statues parfaitement conservées

Plusieurs statues représentant des personnes ayant été enterrées sur le site ont également été mises au jour. D’après les chercheurs, celles-ci sont si bien conservées que l’on peut encore distinguer leurs coiffures et coiffes. Bien que la date précise de leur mort ne soit pas connue, on estime que ces individus vivaient à une époque où l’Égypte était dirigée par les Ptolémées (304 à 30 avant J.-C.), qui étaient les descendants de l’un des généraux d’Alexandre le Grand, ou l’Empire romain, qui avait commencé à administrer la région suite à la mort de Cléopâtre VII en 30 avant J.-C.

Menées par des archéologues égyptiens et dominicains, les fouilles et analyses des vestiges découverts se poursuivent à Taposiris Magna, et pourraient bien conduire prochainement à la mise au jour de nouveaux témoignages archéologiques, comme ce fut le cas il y a quelques mois dans la nécropole antique de Saqqarah.

COMMENTEZ

connectez-vous pour commenter
avatar
  S’abonner  
Notifier de