— Jokossita / Shutterstock.com

C’est une découverte archéologique rare. Le ministère égyptien du Tourisme et des Antiquités a annoncé la récente découverte de 13 cercueils égyptiens dans un puits funéraire de la nécropole antique de Saqqarah.

Une découverte archéologique rare en appelant d’autres

Vieux de 2 500 ans, les cercueils en bois mis au jour par les archéologues étaient si bien conservés que les motifs complexes les ornant, peints en bleu, or, blanc, noir et rouge, étaient encore clairement visibles. Ceux-ci ont été découverts à l’intérieur d’un puits funéraire situé à 11 mètres en dessous du sol, dans la nécropole de Saqqarah, où les habitants de la Basse-Égypte enterraient leurs morts pendant plus de 3 000 ans. Plus étonnant encore, ceux-ci étaient empilés et parfaitement scellés, fait rarissime dans ce lieu particulièrement sujet aux pillages.

« Être témoin d’une nouvelle découverte archéologique procure un sentiment indescriptible », a notamment déclaré Khaled Al-Anani, ministre du Tourisme et des Antiquités, précisant qu’il s’agissait de la découverte archéologique la plus importante depuis celle de 30 sarcophages dans le cimetière d’El-Assasif, en octobre 2019. S’il est pour l’heure difficile de connaître l’identité exacte des défunts, le mobilier funéraire utilisé suggère que ceux-ci appartenaient à une classe sociale élevée. Selon les autorités égyptiennes, le site de fouilles renfermerait d’autres tombes, qui devraient être prochainement mises au jour.

Des cercueils renvoyant à une période d’importants bouleversements politiques en Égypte

Les cercueils empilés récemment découverts, ainsi que ceux mis au jour à El-Assasif, ne représentent qu’une infime proportion des restes humains et animaux se trouvant à Saqqarah, gigantesque nécropole et complexe de pyramides de la région de Memphis, première capitale de l’Égypte antique. Située à environ 30 kilomètres au sud du Caire, Saqqarah était également la dernière demeure des rois ayant régné pendant les première et seconde dynasties, ainsi que de Djéser, premier souverain de la troisième dynastie, qui y avait fait construire la célèbre pyramide à degrés destinée à accueillir sa dépouille.

Vers 500 avant J.-C., correspondant à l’époque durant laquelle vivaient les occupants des cercueils récemment découverts, l’Égypte a traversé une période d’importants bouleversements politiques. Avec notamment la conquête et l’incorporation de l’Égypte à l’Empire perse en 525 avant notre ère par Cambyse II. Durant cette période, connue comme la 27e dynastie, les Perses exerçaient leur pouvoir par l’intermédiaire d’un gouverneur résident, appelé satrape.

La prise de pouvoir du roi persan Darius Ier (521-486 av. J.-C.) se traduisait par une période de prospérité pour l’Égypte, caractérisée par la construction de temples et de nombreuses infrastructures, ainsi qu’un renforcement de l’économie et une refonte du système juridique. Il faudrait finalement attendre 404 avant J.-C., pour que les Égyptiens reprennent le trône, mettant ainsi un terme au règne perse.

COMMENTEZ

connectez-vous pour commenter
avatar
  S’abonner  
Notifier de