Vous n’aimez pas courir ? Vos foulées vous paraissent toujours si longues que vous ne sortez plus faire de footing ? Et bien, nous avons une solution qui pourrait bien vous faire aimer la course à pieds : changer votre façon de penser l’effort.

 

Quelle a été l’expérience scientifique ?

L’état d’esprit d’une personne affecte positivement ou négativement sa perception de l’exercice sportif. C’est ce qu’a prouvé une étude publiée en mai dans le journal Motivation and Emotion. Les chercheurs qui ont participé à l’étude ont voulu répondre à une question simple : comment faire face à des séances de course de plus d’une heure ?

Pour y répondre, les scientifiques ont mené une expérience sur 15 femmes et 9 hommes âgés de 18 à 33 ans. Les sujets étaient déjà expérimentés et habitués à se dépenser sur de longues distances. Les coureurs sont venus une première fois pour s’habituer aux équipements. Puis, une semaine après, ils sont venus pour s’attacher au moniteur de fréquence cardiaque et à un casque d’imagerie cérébrale. L’expérience a pu commencer. Sur un tapis roulant, les athlètes devaient courir, mais également tester deux stratégies mentales, complètement différentes et opposées.

Les participants ont couru pendant 1h30, une longue durée voulue par les chercheurs. Toutes les 15 minutes les instructions liées aux deux méthodes étaient rappelées, et toutes les 30 minutes les athlètes donnaient leur ressenti sur leur effort.

 

Vous devez changer de mentalité

La première méthode testée se nomme réévaluation cognitive, elle consiste à adopter une attitude neutre et détachée vis-à-vis de l’effort sportif. Concrètement, cela veut dire de penser le footing d’une manière objective, en examinant ses bienfaits, comme le ferait un scientifique, par exemple. L’autre méthode est la distraction. C’est se concentrer sur quelque chose de neutre et qui n’a aucun rapport avec l’exercice, comme le repas du soir, le cadeau de maman ou la tenue pour la prochaine soirée.

Finalement, c’est la technique de réévaluation cognitive qui a connu grand succès. Les coureurs ayant expérimenté cette méthode ont été beaucoup moins excités que les autres, et avaient l’impression de faire moins d’effort. Le reste des athlètes utilisant la distraction n’ont pas vu de changement. Les recherches montrent que penser à autre chose ne fait que prolonger l’inévitable.

Plutôt que de vous enfermer avec vos écouteurs et attendre que le footing se termine, il est donc nécessaire de faire un réel travail mental sur vous-même. Voyez les séances d’entraînement sous leur aspect positif et strictement rationnel, et vous deviendrez peut-être accro à la course à pied !

COMMENTEZ

Inscrivez-vous ou connectez-vous pour commenter
avatar
  S’abonner  
Notifier de