― Hrecheniuk Oleksii / Shutterstock.com

La mer Morte n’a pas été nommée au hasard. Sa densité de sel exclut toute possibilité de vie macroscopique, qu’il s’agisse de poissons ou d’algues. Si l’homme peut venir s’y baigner, notre organisme n’est pas immunisé contre les dangers d’une exposition à une eau si salée.

La mer Morte est composée à 27,5 % de sel, alors que le taux de salinité moyen des mers et océans de notre planète se situe entre 2 et 4 %. Seuls des organismes microscopiques tels que les planctons et les bactéries peuvent se développer dans une eau si salée.

L’humain peut bien sûr s’y baigner, et y est même à l’abri de tout risque de noyade ! En effet, un corps humain plongé dans l’eau subit une poussée verticale, dirigée du bas vers le haut, et égale au poids du volume d’eau que le corps déplace. Or, la forte salinité de la mer Morte lui confère une masse volumique très importante, à tel point que l’humain flotte !

Cependant, il est recommandé de ne pas y rester très longtemps ; pas plus de dix minutes, conseille Futura-sciences.com. En effet, notre organisme n’est pas moins vulnérable à cette forte densité de sel que les autres vertébrés, et une baignade prolongée peut mettre en danger l’équilibre des sels minéraux de notre corps.

La salinité de cette eau prend sa source dans le Jourdain, la rivière qui se jette dans la mer Morte et qui lui apporte environ 850 000 tonnes de sel par an. 90 % du volume d’eau que le Jourdain libérait dans la mer Morte vers 1960 est aujourd’hui détourné pour irriguer les hébergements des populations palestiniennes, israéliennes et jordaniennes. La mer Morte risque donc dans les prochaines décennies de subir le même sort que le lac Tchad ou la mer d’Aral, et disparaître complètement…

COMMENTEZ

connectez-vous pour commenter
avatar
  S’abonner  
Notifier de