Canis lupus hodophilax — © Coenraad Jacob Temminck

De nouvelles recherches ayant impliqué le séquençage de neuf spécimens de loups japonais suggèrent que cette espèce éteinte depuis plus d’un siècle serait plus étroitement liée à l’ancêtre des chiens que toutes les autres espèces découvertes jusqu’à présent.

Des résultats surprenants

Si différentes études indiquent que les chiens descendent du loup gris, aucun loup vivant ne se révèle suffisamment proche de ces derniers pour le confirmer directement. Ce qui implique que nos compagnons à quatre pattes aient évolué à partir d’un groupe de canidés aujourd’hui disparus. Dans le cadre de travaux pré-publiés sur le serveur bioRxiv, des chercheurs japonais ont cherché à faire la lumière sur cette mystérieuse ascendance.

Plus petit et élancé que la majorité des loups gris, le loup japonais (Canis lupus hodophilax) s’est officiellement éteint en 1905, mais plusieurs musées au Japon et en Europe en possèdent des spécimens. Yohey Terai et ses collègues de la Graduate University for Advanced Studies ont pu obtenir des échantillons de tissus, principalement des os, desquels de l’ADN a pu être extrait.

La comparaison de ces génomes avec ceux d’autres loups et chiens a montré que Canis lupus hodophilax se situait sur une branche évolutive distincte de loups apparus il y a 20 000 à 40 000 ans. « Nous ne nous attendions pas du tout à cette conclusion », a déclaré Yohey Terai.

— vitstudio / Shutterstock.com

De tels résultats suggèrent que certains de ces loups ont évolué vers le loup japonais tandis que d’autres ont donné naissance à des chiens en Asie de l’Est, faisant de l’espèce nippone leur plus proche parent sauvage connu. Terai espère désormais extraire de l’ADN d’anciens ossements de loups trouvés dans cette région afin de le confirmer définitivement, mais craint que son degré de préservation ne se révèle insuffisant.

Plusieurs croisements entre chiens et loups japonais il y a au moins 10 000 ans

Les génomes montrent également qu’après la séparation initiale, des croisements entre la lignée des loups japonais et les premiers chiens sont intervenus. Cela se serait produit il y a au moins 10 000 ans, avant que les loups n’atteignent le Japon. À l’heure actuelle, les dingos et les chiens chanteurs de Nouvelle-Guinée, récemment réapparus à l’état sauvage, présentent la plus grande quantité d’ADN de loup japonais (5,5 %).

« Même s’il est confirmé que l’ancêtre loup des chiens vivait en Asie de l’Est, cela ne signifie pas nécessairement que les chiens y ont été domestiqués », a souligné le chercheur. « Il n’est pas possible de déterminer quand cette relation étroite a été établie à partir des données génomiques. Des preuves archéologiques sont indispensables. »

COMMENTEZ

avatar
  S’abonner  
Notifier de