Un monde 100 % écolo est possible : découvrez la première voiture biodégradable

Des étudiants néerlandais de l’Université d’Eindhoven ont conçu la première voiture électrique et biodégradable ! Fabriquée à partir de fibres de lin, LINA est une voiture qui peut être presque entièrement recyclée. Une merveilleuse nouvelle pour l’écologie ! 

 

Des caractéristiques dignes d’une véritable citadine 

LINA est encore à l’état de prototype. La voiture encore trop fragile et légère n’a pas pu passer le crash test ou test de collision. En effet, le matériau « ne se plie pas comme du métal, mais se brise », explique le leader de l’équipe, Noud van de Gevel.

LINA, la voiture biodégradable

Mais le prototype n’a rien à envier aux plus grands puisqu’il est complètement électrique, et peut atteindre les 80 km/h avec une autonomie de 100 km avant d’avoir besoin d’être rechargé. Son habitacle est déjà capable d’accueillir 4 personnes, et est muni de capteurs permettant de détecter et reconnaître ses passagers. LINA a tout d’une petite citadine, avec ses commandes de frein, d’accélération et d’arrêt.

Des débuts prometteurs

La petite voiture ne pèse pas plus de 310 kg, avec des batteries au lithium-ion de 30 kg, et utilisant deux moteurs à courant continu. Selon les créateurs, la voiture est presque quatre fois plus efficace pour la conduite en ville que la BMW I3, la Nissan Leaf ou même la Tesla Model S.

 

Une voiture biodégradable

« C’est la première voiture au monde qui peut être complètement recyclée», a déclaré Loes van der Beuken, membre de l’équipe néerlandaise de l’Université d’Eindhoven. C’est aux Pays-Bas que LINA a vu le jour, au sein de l’équipe de l’équipe TU / Ecomotive.

L’objectif de ces étudiants était de prouver qu’il était d’ores et déjà possible de proposer un modèle de voiture biodégradable, respectant l’environnement tout en restant performante et utilisable en ville.

L’équipe TU/ecomotive de l’Université d’Eindhoven

«Seuls les roues et les systèmes de suspension ne sont pas encore des matériaux biologiques», a déclaré Yanic van Riel, l’un des développeurs de l’équipe TU / Ecomotive de l’université de Eindhoven. Le reste de la voiture est entièrement biodégradable. L’ensemble de son châssis a été construit en acide polylactique à partir de fibres composites issues de la betterave à sucre. Celui-ci est recouvert de feuilles en fibre de lin. Ce matériau inédit a des propriétés de résilience pourtant comparable à la fibre de carbone ou à l’aluminium, qui sont largement utilisés dans les productions automobiles actuelles.

Même si la petite voiture n’est qu’à l’état de prototype, elle tient de grandes promesses. Quasiment entièrement biodégradable, LINA pourrait devenir une alternative aux véhicules actuels à la fois polluant pendant leur construction, pendant leur utilisation et au-delà, faute à des matériaux non biodégradables. On croise les doigts pour voir un jour ce véhicule remplacer des modèles qui n’ont plus leur place sur nos routes.

LINA n’a pas encore passé le crash test

Accompagnez-nous sur les réseaux sociaux