karamysh / Shutterstock.com

De nombreuses personnes pensent être allergiques aux poils de chats, et s’empêchent alors d’adopter ces félins si mignons. Rhinites, conjonctivites, asthme : les manifestations de cette allergie sont multiples et peuvent causer le désarroi de nombreuses personnes. Mais contrairement aux idées reçues, vous n’êtes pas directement allergique aux poils de chats…

En France, on compte près de 10 millions de chats et 25 % des Français sont allergiques à cet animal.

L’allergie la plus fréquente liée aux animaux domestiques est justement celle aux poils de chats. Mais en réalité l’allergie ne provient pas des poils en eux-mêmes. En effet, l’allergène félin, le FEL D1, se retrouve dans les sécrétions glandulaires, les urines, les matières fécales et en grande quantité dans la salive du félin. L’animal va alors faire sa toilette en se léchant copieusement ou va se rouler sur lui-même, répandant la protéine allergisante sur son pelage. Il perd également ses poils, c’est pourquoi vous retrouvez au final la protéine qui vous fait souffrir partout dans votre maison. Au contact de la protéine, le système immunitaire de la personne allergique va s’affoler et sécréter en excès de l’histamine, un médiateur chimique.

Les symptômes de l’allergie vont alors se déclencher, ce qui va produire larmes, éternuements ou pire encore, de l’asthme. 85 % des personnes allergiques aux chats sont donc en fait allergiques à cette protéine située dans la salive et non directement sur leurs poils ! 

La solution la plus efficace est de rester loin des chats. Mais si vous voulez absolument avoir un félin chez vous, optez pour un sibérien, qui est la race de chat la plus hypoallergénique.

Un sibérien

COMMENTEZ

connectez-vous pour commenter
avatar
  S’abonner  
Notifier de