Un progrès immense. Dans une nouvelle étude publiée dans la revue médicale Science Translational Medicine, des chercheurs de l’université d’Arkansas ont mis au point un laser révolutionnaire. Il est capable de détecter des cellules cancéreuses dans un premier temps, et de les neutraliser en les détruisant dans un deuxième temps.

Un nouveau système de détection efficace

La première des deux utilisations majeures de ce nouveau rayon laser est de l’ordre de l’identification. Premièrement, les chercheurs ont révélé dans leur étude publiée que le système a été capable de détecter avec précision les cellules cancéreuses chez 27 des 28 personnes atteintes de cancer qui lui ont été présentées.

Avec sa sensibilité estimée à environ 1 000 fois supérieure aux technologies actuelles, c’est un véritable exploit et un immense élan d’espoir dans l’identification des cellules cancéreuses, avant leur formation définitive.

La machine est extrêmement performante, en étant capable de tuer un pourcentage élevé de cellules responsables de la propagation d’un cancer. Les chercheurs rapportent ainsi que sur les premiers tests, 96 % des cellules tumorales ont été détruites chez un patient. De plus, cela s’effectue en temps réel, à travers la circulation du sang dans les veines des personnes soumises au laser.

Un nouveau moyen de sauver des vies ?

Un des éléments les plus intéressants de ce laser, hormis le fait qu’il puisse s’occuper efficacement de l’identification et de la neutralisation des cellules cancéreuses, c’est son mode d’action. En effet, le laser est utilisé depuis l’extérieur de la peau, et représente donc un moyen inoffensif et non invasif pour le patient.

Également, comme le rappelle Vladimir Zharov, le directeur du centre de nanomédecine de l’université de l’Arkansas, “cette technologie a le potentiel d’inhiber de manière significative la progression des métastases”. Rappelons que la propagation du cancer, passant par les métastases, ces “cancers secondaires” qui migrent, représente la principale cause de décès liés au cancer.

Le fait d’être en mesure de pouvoir tuer ces cellules tumorales en circulation dans le sang permet d’entrevoir la possibilité de sauver des millions de vies à terme. Sans pour autant aller jusqu’à leur éradication, le fait de pouvoir les identifier bien plus efficacement et précisément qu’à l’heure actuelle pourra aider les médecins à effectuer de meilleurs diagnostics. Pour le moment, les appareils actuels n’en sont pas capables, du moins pas aussi efficacement.

Pour le moment, Zharov et son équipe ont testé leur laser sur des patients atteints d’un cancer de la peau. Projeté directement sur une veine de leur bras, le laser était capable d’envoyer de l’énergie au sang, créant de la chaleur et neutralisant les cellules en les chauffant très rapidement. Ce procédé de dilatation thermique a ensuite produit des ondes sonores, permettant l’analyse par les chercheurs. Dans les faits, la chaleur du laser provoque la formation de bulles de vapeur sur les cellules tumorales qui, en se dilatant, détruisent les cellules cancéreuses. Les chercheurs souhaitent, pour le moment, concentrer leurs efforts sur l’amélioration de ces machines, mais également en multipliant les tests sur un plus grand échantillon de patients.

La cryothérapie, l’un des moyens actuels pour traiter les métastases

COMMENTEZ

Inscrivez-vous ou connectez-vous pour commenter
avatar
  S’abonner  
Notifier de