— Africa Studio / Shutterstock.com

Plusieurs parents ont trouvé la présence de vers dans le lait infantile donné à leur bébé. L’un des bébés a même régurgité l’un de ces parasites. Face à cet évènement inquiétant, une plainte a été déposée contre le producteur de lait en poudre, à savoir Danone.

Un ver de plus de six centimètres a été régurgité par un bébé de trois mois

C’est dans des boîtes de lait en poudre de la marque Gallia que plusieurs parents originaires de plusieurs départements français ont eu l’horreur d’y découvrir des larves et des vers. Selon RTL, plus de 5 000 familles sont concernées par cet évènement. Les parents d’un bébé à Saint-Malo ont même rapporté que leur enfant avait régurgité un ver après avoir été nourri avec du lait Gallia. Face à cela, les parents de la petite Ylonna ont décidé de porter plainte.

Il est à savoir que les faits se sont produits il y a quatre mois déjà, au mois de novembre 2019. Ylonna avait alors trois mois, et ses parents l’avaient emmenée aux urgences après une poussée de fièvre. Quelques jours plus tard, la fillette a vomi un ver d’environ six centimètres. Après plusieurs analyses, les médecins ont constaté qu’il s’agissait d’un ver parasite qui ne pouvait pas avoir été créé dans le corps de l’enfant. Comme l’enfant n’était nourri qu’avec du lait au moment des faits, le constat a été simple : le parasite provenait du lait en poudre infantile.

Quelque temps après avoir prévenu la police et après avoir porté plainte, des parents originaires du Puy-de-Dôme les avaient également contactés parce qu’ils avaient vécu la même situation. Pour ces derniers cependant, un ver vivant avait été trouvé directement dans la boîte de lait en poudre. Pour l’instant, on ne sait pas encore s’il y aura une suite à la plainte portée par les parents d’Ylonna, mais des enquêtes sont actuellement en cours pour savoir d’où viennent ces parasites.

Des recherches jusqu’ici infructueuses sur l’origine des parasites

Face à cette situation, le groupe Danone a incité les parents à renvoyer les boîtes de lait afin que la société puisse procéder aux analyses nécessaires pour comprendre comment ces vers ont fini dans leurs produits. Selon Florent Lalanne, directeur des affaires médicales de Danone : « Cette situation est très surprenante pour nous, parce que c’est quelque chose d’exceptionnel. On souhaite absolument comprendre comment ces larves ont pu arriver sur le produit. »

Il a notamment expliqué à l’Agence France Presse que le développement de ces vers dans les boîtes de lait n’aurait pas dû être possible dans la mesure où le lait est très peu exposé à l’air libre dans la chaîne de production. « Le pourcentage d’oxygène, de l’ordre de 2 %, est très faible, ce qui rend impossible la survie d’un organisme vivant dans nos laits », a soutenu Florent Lalanne. Pour l’instant, Danone n’a aucune idée de l’origine de ces parasites mais plusieurs théories ont été émises, notamment celle de la contamination par le transport.

Outre le cas des parents de Saint-Malo, qui a été officiellement confirmé par le commissariat de la ville via le journal Ouest-France, et les deux cas confirmés au Puy-de-Dôme et dans les Landes, trois autres cas ont également été mis à la connaissance de Danone via la presse. Pour tout autre cas d’infection parasitaire de boîte de lait en poudre de marque Gallia, Danone a invité ses clients à contacter l’entreprise sur sa ligne téléphonique au 0800 202 202, ou sur le site laboratoire-gallia.fr.

Une fois de plus, la sûreté sanitaire du lait infantile est remise en cause. En effet, Lactalis avait vécu une situation similaire en 2017 après une contamination aux salmonelles. En 2019, la société Sodilac avait également dû rappeler plus de 400 000 boîtes de lait en poudre suite au signalement de cas de salmonelloses chez des nourrissons utilisant ses produits.

COMMENTEZ

connectez-vous pour commenter
avatar
  S’abonner  
Notifier de