— SunPhotography / Shutterstock.com

Les scientifiques pensaient jusqu’ici que Jupiter n’était composée qu’exclusivement de gaz. Pourtant, selon les récentes données de la sonde de la Nasa, Juno, cette planète serait également composée d’eau. Une découverte qui pourra sans doute permettre de mieux comprendre la formation des modèles des planètes de notre Système solaire.

Jupiter, une géante faite exclusivement de gaz ?

Les planétologues pensent que Jupiter serait la première planète de notre Système solaire à avoir été formée. Elle est essentiellement composée de gaz et de poussières que le Soleil n’aurait pas pu incorporer. Cependant, il existe plusieurs théories sur sa formation, et ces théories dépendent de la quantité d’eau qu’elle aurait pu incorporer. En somme, les planétologues souhaitent savoir si Jupiter aurait eu une formation plus complexe que celle du Soleil et ne serait pas qu’uniquement un amas de gaz sans noyau.

Selon les données récupérées par la sonde Juno, il s’avère que la composition de Jupiter est bien différente de ce que nous pensions. En effet, d’après les relevés de Juno, Jupiter serait composée de 0,25 % d’eau au niveau de son équateur, soit trois fois plus que ce que l’on trouve dans l’atmosphère du Soleil. Il s’agit bien entendu de la présence d’atomes (oxygène et hydrogène) qui composent l’eau et non d’eau sous forme liquide.

Cependant, la zone équatoriale de Jupiter est une zone particulière. L’atmosphère y est mieux mélangée que sur le reste de la planète. Raison pour laquelle cette zone a été échantillonnée. Néanmoins, l’atmosphère jovienne paraît moins uniforme sur le reste de la planète. De ce fait, les mesures de la sonde ne suffisent pas à faire une moyenne de la concentration globale de Jupiter.

Une découverte à confirmer

Mais y a-t-il de l’eau sur tout Jupiter ? En 1995, la sonde Galileo avait, elle, mis en avant que l’atmosphère de Jupiter n’était pas composée d’autant d’eau que ce que pensaient les planétologues. Donc, jusqu’ici nous estimions que Jupiter était une planète « sèche« , formée uniquement de gaz et de poussières. Néanmoins, plus la sonde prélevait profond plus la présence d’eau était importante. Ce qui signifierait que Jupiter n’ait pas une composition égale en eau.

« Il va falloir que nous allions sonder d’autres régions de l’atmosphère de Jupiter avant de conclure », confirme Cheng Li, chercheur à l’université de Californie (États-Unis) dans un communiqué de la Nasa. Pour le moment, la sonde Juno se déplace en direction de l’hémisphère nord de Jupiter. Les scientifiques pourront donc observer comment la quantité d’eau de la composition de Jupiter évolue avec la latitude, et si ce que Galileo a relevé est conforme au reste de la planète.

Elle devrait aller jusqu’à la région polaire de Jupiter, où se trouvent de gigantesques cyclones. Le prochain survol de Jupiter devrait se faire le 10 avril.

COMMENTEZ

connectez-vous pour commenter
avatar
  S’abonner  
Notifier de