On a rarement vu un artiste maîtriser la sculpture de porcelaine avec une telle perfection

Vous êtes-vous déjà demandé à quoi ressemblerait le visage s’il était étiré, déformé ou s’il était aussi fluide que de l’eau ? Johnson Tsang peut vous en donner un aperçu à travers ses sculptures en porcelaine. Cet artiste inflige aux visages qu’il sculpte toutes sortes de traitement pour un résultat si réaliste que cela en devient troublant.

La force de Johnson réside dans la réunion de deux univers que tout semble opposer : réalisme et surréalisme. Ses sculptures ressemblent au premier abord à de simples visages qui, d’un point de vue anatomique, semblent parfaites. Cependant, un détail les rend uniques : les déformations qu’il leur fait subir sont atypiques. En incorporant des gestes de main, des coulures ou des gouttes, il métamorphose chaque visage en un élément nouveau fascinant.

Transformation en sac, torsions, coupes transversales ou encore envol du crâne comme des feuilles mortes, les traitements subis par les visages de Johnson sont vastes. Ces choix loin d’être anodins ont d’ailleurs une symbolique : même si elles ont l’air de faire mal, chacune des techniques montre en réalité différents aspects de l’ouverture d’esprit. Ce thème fort donne d’ailleurs son nom à cette série d’œuvres : Open Mind.

Malgré ce talent phénoménal, l’artiste n’a découvert que très tard ses talents de sculpteur. C’est en 1991, alors qu’il est à l’époque policier, qu’il suit un cours de modelage qui va agir chez lui comme une révélation. « L’argile me semblait si amicale, elle écoutait chaque mot de mon esprit et faisait exactement ce que j’attendais. Chaque contact était si apaisant. J’ai l’impression de toucher la peau humaine. J’ y ai trouvé la paix et la joie. Depuis, je suis comme amoureux de cette matière. »

Open Mind est une série qui nous montre tout le talent et la technicité de Johnson, mais cela est loin d’être sa seule réalisation. Son catalogue comprend d’autres œuvres qu’il présente également sur son compte Instagram. Vous pouvez ainsi retrouver des sculptures de bébés ou des accumulations de visages miniatures. L’artiste est tellement prolifique qu’il réaliserait une nouvelle œuvre chaque semaine, un exploit ! Passionné par les têtes, Johnson semble décidé à continuer ses expérimentations faciales et à nous les partager même si une sensation de douleur peut traverser nos joues ou notre crâne en admirant ses créations.


Le voyage est court. Essayons de le faire en première classe.

— Philippe Noiret