— Korn Srirawan / Shutterstock.com

Pour un grand nombre d’individus, Internet est devenu un outil indispensable à notre quotidien. Mais toutes ces personnes qui utilisent Internet savent-elles comment cela fonctionne ? En amont des différents sites web et autres plateformes que nous voyons, il y a les infrastructures réseau, et les plus importantes de ces infrastructures sont de très longs câbles sous-marins.

Une méthode vieille de plus de 150 ans

Lorsque vous faites vos achats en ligne, lorsque vous utilisez les réseaux sociaux, ou encore lorsque vous regardez un film sur Netflix, il y a un certain nombre de processus en arrière-plan qui font que cela fonctionne. D’abord il y a la connexion que vous utilisez au quotidien et qui vous est acquise par le biais de votre fournisseur d’accès Internet. Le rôle de ces fournisseurs est de vous connecter à d’autres ordinateurs en utilisant divers types d’infrastructures réseau qui transmettent les données sous forme d’impulsions électriques qu’on appelle communément des « bits ». Ces infrastructures réseau se présentent notamment sous forme d’ondes radio, de fils et de câbles.

Les plus importantes et imposantes de ces infrastructures sont notamment des câbles sous-marins qui relient les continents entre eux. La quasi-totalité du trafic mondial de données passe par ces câbles sous-marins dont la longueur a actuellement dépassé 1,2 million de kilomètres, et dont la taille est semblable au diamètre d’une canette de soda. Même si la taille des câbles n’est pas impressionnante, leur capacité de transport de données l’est puisqu’ils arrivent à transmettre plusieurs térabits (un térabit équivaut à 1 000 mégabits) par seconde. À titre de comparaison, la vitesse de transfert de données des satellites ne dépasse généralement pas le térabit par seconde.

Notons que même si ces câbles sont entretenus et fréquemment remplacés, le système en soi n’a rien de nouveau dans la mesure où cela remonte à près de 180 ans. Comme expliqué sur World Economic Forum, le premier câble sous-marin transatlantique qui est encore fonctionnel de nos jours a été installé en 1882 par le navire SS Great Eastern. D’autres câbles sous-marins ont été installés avant celui-là – dès le début des années 1940 –, mais ils ne sont plus utilisés de nos jours. Ces câbles étaient installés et entretenus à l’aide de navires spécialement modifiés à cet effet ; et c’est toujours le cas aujourd’hui, même si de nombreuses améliorations ont été apportées.

— Vismar UK / Shutterstock.com

Les câbles sous-marins désormais accaparés par les géants d’Internet

Ces navires spéciaux peuvent transporter des milliers de kilomètres de câbles optiques. Ils sont notamment équipés d’une charrue sous-marine spéciale qui est utilisée pour creuser et enterrer les câbles le long du fond marin. Enterrer les câbles est en effet nécessaire, car les activités navales, telles que l’ancrage et la pêche, sont susceptibles de les endommager. Pendant longtemps, l’installation des câbles sous-marins était réservée aux États et aux entreprises de télécommunications. Mais ce n’est pas le cas aujourd’hui, dans la mesure où les géants du web américain, notamment Facebook et Google, ont désormais leurs propres câbles sous-marins.

D’ailleurs, ces entreprises sont désormais responsables des plus grands déploiements de câbles sous-marins au monde. En tout, 40 % des commandes mondiales pour l’installation de ces câbles ont été effectuées par les GAFAM, et ce chiffre devrait encore augmenter à l’avenir. Bien évidemment, cela fait du marché des câbles sous-marins un domaine particulièrement lucratif. Selon les experts, ce marché devrait valoir plus de 30 milliards de dollars d’ici 2026. L’avènement du réseau 5G ainsi que l’accroissement de la demande en matière de télécommunications lié à la pandémie de Covid-19 jouent un rôle important dans l’accélération du déploiement de ces câbles sous-marins, a rapporté GlobeNewswire.  

S’abonner
Notifier de
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments