— Ann Marie Walkington / Shutterstock.com

La propagation du Covid-19 a causé un émoi sans précédent aux quatre coins du monde. Dans le but de trouver un remède à cette pandémie virale, l’hydroxychloroquine a été avancée comme un traitement efficace contre le coronavirus. Cependant, deux nouvelles études ont démontré encore une fois son inefficacité.

La chloroquine, un traitement qui fait débat

La chloroquine est-elle efficace contre le Covid-19 ? En France, un long débat a été lancé à ce sujet. En effet, c’est en particulier le médecin Didier Raoult qui a défendu cette médicamentation malgré le scepticisme rencontré au sein de la communauté scientifique ainsi que chez les responsables sanitaires et gouvernementaux.

Néanmoins, malgré les appréhensions de nombreux scientifiques, de nombreux patients et familles ont exigé de prendre ce médicament malgré les avertissements de certains scientifiques et les potentiels effets secondaires sur les patients. Deux récentes études dévoilées dans la revue scientifique THE BMJ ont mis en évidence l’inefficacité de ce traitement.

L’hydroxychloroquine ne devrait pas être utilisée sur les patients hospitalisés positifs au Covid-19

La première étude a été menée sur 181 patients qui étaient à un stade moyen de la maladie. Les participants ont été divisés en deux groupes. Le premier groupe suivait un traitement à l’hydroxychloroquine à raison de 600 mg/jour tandis que le second groupe suivait un traitement standard.

Les résultats ont révélé que le traitement n’avait eu aucun effet particulier et qu’il n’avait pas impacté significativement le nombre de décès ou les admissions en réanimation. Les chercheurs ont aussi constaté que les participants du premier groupe présentaient 89 % de taux de survie contre 91 % dans le second groupe.

L’hydroxychloroquine engendre davantage d’effets indésirables

Une seconde étude a été réalisée sur 150 patients qui ont également été séparés en deux groupes : le premier groupe a suivi un traitement à l’hydroxychloroquine tandis que le second était un groupe de contrôle au traitement standard.

Les résultats de l’étude ont révélé que non seulement, l’hydroxychloroquine n’avait aucune influence sur la vitesse de guérison mais qu’en plus, elle causait des effets secondaires importants. 30 % des patients du premier groupe ont effectivement révélé avoir vécu des effets indésirables contre seulement 9 % des patients du second groupe.

En définitive, la question de savoir si la chloroquine est réellement efficace contre le coronavirus est toujours d’actualité. Mais plus important encore, les révélations sur ses effets indésirables ne cessent de croître

2
COMMENTEZ

connectez-vous pour commenter
avatar
2 Fils de commentaires
0 Réponses de fil
0 Abonnés
 
Commentaire avec le plus de réactions
Le plus populaire des commentaires
2 Auteurs du commentaire
Papounet UTde simple bon sens ! Auteurs de commentaires récents
  S’abonner  
plus récent plus ancien Le plus populaire
Notifier de
de simple bon sens !
Invité
de simple bon sens !

L’hydroxychloroquine associée à un antibiotique ( à propriété virucide) doit être administrée en tout début d’infection …. lorsqu’il n’y a PAS encore de dégâts cardiaques ! Le but de ce traitement initial ? Faire baisser la « charge virale » …. et son corollaire probable : diminuer les risques de contagions (… Lire la suite »

Papounet UT
Invité
Papounet UT

Et bien sur ceux qui ont fait cette étude sont payés par Big Pharma n’est-ce pas ?