— baranq / Shutterstock.com

En France, le traitement de malades à l’hydroxychloroquine, parfois associée à de l’azithromycine, serait lié à 54 cas de troubles cardiaques, dont 4 mortels.

L’efficacité de l’hydroxychloroquine reste à prouver

A ce jour, l’efficacité d’un traitement à l’hydroxychloroquine n’est toujours pas prouvée chez les patients atteints du Covid-19. Ce médicament, commercialisé sous la marque Plaquenil et associé ou non à l’antibiotique azithromycine, est à l’origine d’un nombre croissant de signaux de pharmacovigilance.

Depuis le 27 mars, cinquante-quatre cas de troubles cardiaques liés à ces médicaments ont été recensés en France. Quatre personnes en sont mortes, et trois ont pu être réanimées par choc électrique. Tel est le résultat de l’analyse du Centre régional de pharmacovigilance (CRPV) de Nice, organisme en charge de la surveillance nationale des effets cardiaques indésirables résultant de l’utilisation des médicaments contre le nouveau coronavirus.

Le nombre total de personnes qui ont reçu ce traitement en France n’est pas connu avec certitude, mais l’équipe du professeur Didier Raoult, directeur de l’IHU Méditerranée (Institut hospitalo-universitaire de Marseille), a déjà administré ce traitement à plus de mille patients.

Pour le professeur Milou-Daniel Drici, responsable du CRPV de Nice, ces graves effets cardiaques, recensés dans les trente et un CRPV de France, concernent des personnes hospitalisées et âgées de 34 à 88 ans. Selon ce pharmacologue et cardiologue, il est probable qu’il s’agisse d’une infime partie des cas de ce type car, en moyenne, 95 % des effets indésirables provoqués par les médicaments ne sont pas déclarés au système de pharmacovigilance.

Sur les cinquante-quatre cas recensés, dix relèvent de troubles du rythme ventriculaire détectés par électrocardiogramme (ECG), ou bien de symptômes tels que malaise ou évanouissement momentané… Trente-six patients ont subi un grave dysfonctionnement du rythme cardiaque, appelé « allongement de l’espace QT » : cette anomalie, détectée à l’ECG, se traduit par une mauvaise transmission de l’influx électrique qui peut mener à une syncope ou une mort subite.

Plusieurs cas de mort subite liés à l’hydroxychloroquine

Les cas de mort subite identifiés par le CRPV de Nice semblent liés à un traitement à l’hydroxychloroquine seule ou bien combinée à de l’azithromycine. Seul un malade semble avoir reçu un autre médicament connu pour son action sur l’allongement du QT.

Dans un entretien avec le journal Le Monde, le professeur Drici est formel : pour le dernier cas de mort subite, constatée le 2 avril et remontée au CRPV de Nice le 8 avril, « la responsabilité de l’hydroxychloroquine ne fait aucun doute, bien que le patient ait pu avoir un intervalle QT prolongé de manière congénitale ». Il s’agit d’un homme de 43 ans qui, dans les vingt-quatre premières heures d’un traitement à base de Plaquenil a subi « … des troubles du rythme ventriculaire, appelés torsades de pointes [TDP], enregistrés en direct à l’électrocardiogramme. C’est une signature de la toxicité de cette molécule. Un choc électrique externe a permis de le sauver. »

L’agence nationale du médicament le rappelle : la prescription de ce produit doit être strictement limitée à l’hôpital et reste fortement déconseillée en médecine de ville et en automédication.

3
COMMENTEZ

connectez-vous pour commenter
avatar
2 Fils de commentaires
1 Réponses de fil
0 Abonnés
 
Commentaire avec le plus de réactions
Le plus populaire des commentaires
2 Auteurs du commentaire
ANGELNahash Auteurs de commentaires récents
  S’abonner  
plus récent plus ancien Le plus populaire
Notifier de
Nahash
Invité
Nahash

J’ose espérer que vous ferez preuve d’autant d’exigence /âpreté lorsque vous écrirez votre article sur les effets secondaires du Remdesivir et ses promoteurs de l’OMS/Gilead/gouvernements et à plus forte raison sur les vaccins expérimentaux qui ne manqueront pas d’arriver…Mais j’ai des doutes.

ANGEL
Invité
ANGEL

Je cite : Les cas de mort subite identifiés par le CRPV de Nice semblent liés à un traitement à l’hydroxychloroquine seule ou bien combinée à de l’azithromycine. Seul un malade semble avoir reçu un autre médicament connu pour son action sur l’allongement du QT. Il y a beaucoup de… Lire la suite »