10 mythes propagés par le cinéma qui sont pourtant complètement faux

une-idees-recues-cinemaDeux personnes au cinéma via Shutterstock

Le réalisateur français Jean Renoir disait que “l’art du cinéma consiste à s’approcher de la vérité des hommes, et non pas à raconter des histoires de plus en plus surprenantes”. Certes belle, cette maxime n’est pas tout le temps vraie. En effet, le septième art a une telle influence sur les foules qu’il réussit parfois à leur inculquer de fausses vérités. En sélectionnant dix de ces fausses vérités, la rédaction du DGS vous invite à prendre conscience que réalité et fiction sont parfois assez loin du compte.

La torture n’est pas le seul moyen de faire parler

Phénomène omniprésent dans les films d’action ou d’espionnage, la torture représente un outil indéniable pour mettre en valeur les héros du septième art. James Bond a été torturé (en témoigne la scène terrible dans Casino Royale, voir ci-dessous), Django y est également passé, tout comme Alex DeLarge dans Orange Mécanique. Torturer a un objectif précis : récolter des informations de la part de quelqu’un en un temps imparti relativement court. Non seulement contraire à l’éthique, la torture ne serait pas spécialement efficace pour soutirer des informations, d’après plusieurs études qui se sont penchées sur la question.

Pourquoi la torture est-elle inefficace ? Tout d’abord parce que la victime n’a pas forcément les informations demandées par son tortionnaire. Par ailleurs, il se peut qu’elle ait déjà révélé les informations qu’il connaissait mais qu’il ne la croie pas. Enfin, sous la torture, qui entraîne des préjudices physiques importants, pourquoi la victime donnerait-elle des informations vraies alors qu’elle subit toute la méchanceté du monde ? Seriez-vous gentil avec une personne qui vous veut du mal ?

La CIA a d’ailleurs prouvé à maintes reprises que le meilleur moyen de récupérer des informations auprès d’un potentiel informateur est la gentillesse. Alors, bien sûr, par « gentillesse », il ne faut pas comprendre que le potentiel informateur va être gâté à sa guise. Ici, être gentil signifie qu’il faut considérer la personne en face de soi comme un être humain à part entière. Lui montrer une sincère empathie permettra de le rendre plus vulnérable aux questions et, ainsi, de donner les informations nécessaires.


Accompagnez-nous sur les réseaux sociaux