28 ans plus tard, le bébé prématuré qu’elle a soigné devient son collègue

Le hasard fait parfois bien les choses, à moins que ce ne soit un signe du destin. C’est en tous cas ce que l’on peut conclure d’une jolie histoire ayant récemment fait le tour du net, ou comment une infirmière s’est retrouvée à côtoyer en tant que collègue… un ancien patient !

Il était une fois, dans un hôpital de Californie…

A 54 ans, dont 32 passés au sein de l’hôpital pour enfants Lucile Packard à Palo Alto en Californie, Vilma Wong a vu défiler de nombreux collègues. Cette infirmière, arrivée aux Etats-Unis depuis son Nicaragua natal, s’occupe des soins à apporter aux bébés nés prématurément. C’est dans cette unité qu’elle a récemment rencontré (ou plutôt retrouvé, comme on le verra plus loin) Brandon Seminatore, un médecin en « residency » (cette période d’enseignement spécialisé des étudiants est comparable à l’externat pour leurs homologues français). Dès son arrivée au sein du service en tant que neurologue pédiatrique, le nom du jeune médecin lui semble familier. Et pour cause : leurs routes se sont en fait déjà croisées, bien, bien longtemps auparavant…

En avril 1990, un bébé naît à l’hôpital Lucile Packard à seulement 29 semaines (rappelons ici que la gestation « normale » dure 40 semaines, soit neuf mois environ). Le nouveau-né a donc presque deux mois d’avance sur la date prévue, ce qui nécessite quelques précautions médicales. Il reste donc un mois à l’hôpital pour se faire surveiller et pouponner par l’équipe spécialisée avant d’être emmené chez lui par ses parents. Une histoire somme toute banale qui aurait pu en rester là. Mais cet enfant, vous l’aurez sans doute deviné, n’est autre que le fameux Brandon Seminatore. Et l’infirmière qui s’occupe de lui dans les premiers temps de son existence est justement Vilma Wong, alors débutante dans son unité de soins intensifs néonatals !

Un bébé prématuré dans sa couveuse

Une infirmière idéale

Au détour d’une conversation, son désormais collègue va dissiper ses derniers doutes en évoquant l’épisode de sa naissance. La suite nous est racontée par Vilma Wong elle-même au journal américain The Independant : « je lui ai demandé son nom, qui m’a semblé très familier. Je n’ai pas arrêté de lui demander d’où il venait et il m’a dit qu’il était de San José en Californie, et qu’il était d’ailleurs né prématurément dans cet hôpital. (…) Je me souviens de m’être occupé d’un bébé qui portait ce nom, je lui alors demandé si son père était policier, il y a eu un long silence, puis il m’a demandé si j’étais Vilma. J’ai dit oui ».

Il faut dire que la famille Seminatore semble avoir été ravie de l’accueil et des soins prodigués à leur rejeton dans cet hôpital, et lui avaient demandé de se renseigner sur cette infirmière si charmante. Mais le bébé de l’époque s’attendait à ce qu’elle soit partie à la retraite. En apprenant la nouvelle, il en informe ses parents qui lui envoient immédiatement une vieille photo les montrant, lui bébé dans les bras de cette jeune infirmière. Il répond en leur envoyant une photo de leur binôme trente ans plus tard. Le montage présentant ces deux photos, posté sur le compte de l’hôpital, est rapidement devenu viral sur le net, avec des dizaines de milliers de partages en quelques jours.

Un signe du destin ?

La réunion de ce fameux binôme ne s’est pas faite sans émotions ! Pour Vilma Wong, par ailleurs maman de deux enfants, c’est avant tout un soulagement de voir que l’ancien bébé prématuré, à la santé si fragile, est devenu ce trentenaire fringant qui la domine d’une tête. « C’est vraiment spécial de voir que près de trente ans plus tard, Brandon a la passion de soigner des patients qui se trouvent dans la même position que celle qu’il occupait il y a toutes ses années », ajoute celle qui se dit « si chanceuse d’exercer une profession qu’elle aime et qui peut faire la différence dans la vie des gens ».

Brandon Seminatore quant à lui, restera marqué par cet épisode qu’il qualifie de « surréaliste ». D’un point de vue professionnel d’abord, ce débutant est impressionné par  » le dévouement et l’amour que [Vilma Wong] a pour son métier ». « Elle se souvient de leur nom presque trente ans plus tard », poursuit-il, voyant dans toute cette histoire la marque du destin : « La boucle est bouclée, je soigne désormais des bébés aux côtés de l’infirmière qui s’est occupée de moi à ma naissance ». Le dénouement d’une belle histoire, ou, peut-être, le début d’une nouvelle, dont nous n’aurons connaissance que dans quelques décennies…


Accompagnez-nous sur les réseaux sociaux