— Miroslav Hlavko / Shutterstock.com

Si le corps humain est une source inépuisable de recherche, certaines capacités continuent de surprendre les spécialistes. L’une des dernières découvertes en date met en lumière une faculté de notre cartilage que nous partageons avec la salamandre.

Le cartilage est présent dans toutes les articulations du corps humain. Avec l’âge, ce tissu conjonctif peut se détériorer et occasionner des troubles articulaires. En France, pas moins de dix millions de personnes sont notamment touchées par l’arthrose, une maladie des articulations particulièrement douloureuse.

Mais, selon une récente étude des chercheurs de l’université Duke et de l’Université de Lund, l’être humain serait capable de régénérer le cartilage détruit, à l’instar des salamandres. Ainsi, un nouveau type de traitement de la maladie pourrait être mis au point à l’avenir.


Les chercheurs ont étudié le cartilage sur le corps humain

Nous savions depuis longtemps que certains reptiles étaient capables de régénérer leurs membres en cas de coupure. Mais, dans cette étude publiée mercredi dernier dans la revue Science Advances, les biologistes assurent que l’être humain aurait également un mécanisme de réparation du cartilage, tout comme les salamandres et les poissons-zèbres.

Les scientifiques sont arrivés à cette conclusion en évaluant l’âge du cartilage dans différentes parties du corps humain. Les protéines de cartilages récemment créés affichent en l’occurrence des taux de conversion d’acides aminés faibles, tandis que c’est le cas contraire pour ceux créés depuis longtemps. Par conséquent, les chercheurs ont pu déterminer que les tissus conjonctifs sont plus jeunes dans les chevilles, d’âge moyen du côté des genoux et plus vieux au niveau des hanches.

En outre, ils ont appris que des molécules appelées micro-ARN régulent le processus de réparation des membres des salamandres. Celles-ci sont également présentes chez l’Homme, mais leur activité varie de manière significative en fonction de leur emplacement. Comme chez les animaux, elle serait également plus efficace au niveau des chevilles que dans les genoux et les hanches.

Une recherche qui pourrait aboutir à de nouveaux traitements contre les troubles articulaires

Selon Virginia Byers Kraus, auteure principale de l’étude, cette découverte pourrait « constituer le fondement de nouvelles approches pour la réparation des tissus articulaires et éventuellement de membres entiers ». Avec des études plus poussées, les scientifiques pourraient même trouver le moyen de régénérer des organes, comme les salamandres peuvent le faire. Cependant, nous n’en sommes pas encore à ce stade.

Pour l’instant, l’équipe de chercheurs se concentre sur une façon d’aider ces régulateurs à régénérer complètement le cartilage dégénéré des patients souffrant d’arthrite ou d’arthrose. Et, en découvrant les régulateurs manquants par rapport aux salamandres, ils espèrent pouvoir rajouter les composants manquants pour que nous puissions régénérer une partie d’un membre blessé, voire complètement arraché.

COMMENTEZ
1

Inscrivez-vous ou connectez-vous pour commenter
avatar
1 Fils de commentaires
0 Réponses de fil
0 Abonnés
 
Commentaire avec le plus de réactions
Le plus populaire des commentaires
1 Auteurs du commentaire
Hola Auteurs de commentaires récents
  S’abonner  
plus récent plus ancien Le plus populaire
Notifier de
Hola
Invité
Hola

AA