vaccination

Le développement et l’utilisation généralisée des vaccins font partie des triomphes les plus remarquables de l’humanité. La vaccination a joué un rôle déterminant dans la prévention et l’éradication de certaines des pires maladies qui ont tourmenté l’humanité. Repartons à la découverte de l’histoire de la vaccination.

La vaccination est une intervention médicale qui implique l’administration d’un vaccin pour stimuler le système immunitaire et fournir une protection contre des maladies infectieuses spécifiques. Les vaccins contiennent des formes affaiblies ou inactives d’agents pathogènes qui incitent le système immunitaire à les reconnaître et à se défendre contre eux. Cette réponse immunitaire aide le corps à développer des cellules mémoires capables de reconnaître et de neutraliser rapidement l’agent pathogène réel s’il est rencontré à l’avenir.

Edward Jenner et le vaccin pour la variole

Autrement dit, la vaccination joue un rôle absolument crucial dans la prévention et la lutte contre les maladies, mais aussi les épidémies. Il s’agit donc d’un outil déterminant dans la lutte contre les menaces sanitaires mondiales. Autrement dit, la création de la vaccination a été l’une des plus grandes révolutions de la médecine moderne, et cette révolution remonte à des pratiques très anciennes qui consistaient à exposer des individus à de petites quantités de matériel infectieux provenant de patients atteints de variole pour induire une forme plus bénigne de la maladie et une immunité ultérieure.

Essentiellement pratiquée par d’anciennes civilisations de la Chine et du sous-continent indien, cette pratique s’appelait la variolation. Si la variolation peut être considérée comme une forme primitive de la vaccination, le premier vaccin moderne a été inventé par le médecin anglais Edward Jenner. Ce dernier est ainsi considéré comme le père de la vaccination. En 1796, il a testé une théorie répandue selon laquelle une personne qui avait contracté la variole de la vache serait immunisée contre la variole.

Pour son test, Edward Jenner avait prélevé du pus sur la main d’une fermière infectée par la vaccine (une autre appellation de la variole de la vache). Il a prélevé ce pus pour l’inoculer à un petit garçon nommé James Phipps. Trois mois plus tard, il inocula au garçon le virus de la variole, et il constata que James Phipps n’avait pas développé la maladie. Edward Jenner en a ainsi conclu que l’exposition à la vaccine permet de développer une immunité contre la variole. En 1798, le premier vaccin contre la variole a été officiellement développé.

vaccin
― Marina Demidiuk / Shutterstock.com

Une merveille médicale qui n’a pas encore fini d’être perfectionnée

Très rapidement – et malgré les nombreuses réticences sur ce produit – ce premier vaccin a été largement utilisé. Au cours des 18e et 19e siècles, la mise en œuvre systématique de la vaccination de masse contre la variole a finalement abouti à l’éradication mondiale de cette maladie en 1979. Entre-temps, de nombreux progrès ont été réalisés dans le domaine de la vaccination. L’un des progrès les plus remarquables a notamment été réalisé par Louis Pasteur. À la fin du 19e siècle, le scientifique français a mis au point le vaccin contre la rage.

Par la même occasion, il a démontré le concept d’atténuation des agents pathogènes pour créer des vaccins sûrs et efficaces. Au 20e siècle, les progrès de la microbiologie, de la virologie et de l’immunologie ont conduit au développement de vaccins contre des maladies telles que le tétanos, la diphtérie, la coqueluche, la poliomyélite et la rougeole. Enfin, de nos jours, les derniers progrès en matière de vaccination vont de pair avec le Covid-19. Introduisant le génie génétique dans la conception des vaccins, c’est pendant la pandémie qu’ont été développés les vaccins à ARN messager.

Pour aller plus loin, retour sur la vie de Lady Mary Wortley Montagu, une pionnière de la vaccination pourtant méconnue.

S’abonner
Notifier de
guest

0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments