― Studio4dich / Shutterstock.com

Jeudi 14 octobre dernier, l’Organisation mondiale de la santé a alerté que la perturbation des services de santé due à la pandémie de Covid-19 a anéanti plusieurs années de lutte contre la tuberculose. L’organisation indique que le nombre de décès liés à cette maladie est en hausse depuis l’année dernière.

1,5 million de décès dus à la tuberculose en 2020

D’après le rapport de l’OMS, environ 4,1 millions de personnes avaient la tuberculose, mais n’avaient pas reçu de diagnostic ou n’ont pas été officiellement déclarées en 2020. En comparaison, ce chiffre était de 2,9 millions de personnes en 2019. En outre, les autorités ont recensé 1,5 million de décès dus à la tuberculose au cours de l’année dernière.

Parmi ces décès, 214 000 étaient des personnes séropositives. Une personne contaminée par une mycobactérie n’est pas toujours malade. En effet, l’infection peut rester sous forme latente, sans la moindre manifestation de symptôme ni la possibilité de contaminer d’autres personnes. Cependant, le VIH constitue le facteur le plus important menant à une infection à la tuberculose active.

Quoi qu’il en soit, l’augmentation du nombre de décès est une conséquence directe de la pandémie de coronavirus. Pendant les confinements, certains patients n’ont pas pu accéder aux centres de soins, principalement parce que le Covid-19 mobilisait le personnel soignant. En outre, l’offre des traitements contre la tuberculose a également connu une réduction de 21 % l’année dernière.

― Red Confidential / Shutterstock.com

Un signal d’alerte mondial

« Ce rapport confirme nos craintes que la perturbation des services de santé essentiels due à la pandémie pourrait commencer à réduire à néant des années de progrès contre la tuberculose », a déclaré le Dr Tedros Adhanom Ghebreyesus, directeur général de l’OMS, soulignant que cette nouvelle doit servir de signal d’alerte mondial. Si les gouvernements n’agissent pas, le nombre de personnes atteintes de la maladie et mourant suite à une infection pourrait considérablement augmenter en 2021 et 2022.

L’organisation demande notamment aux gouvernements « d’investir et d’innover pour combler les lacunes en matière de diagnostic, de traitement et de soins pour les millions de personnes touchées par cette maladie ancienne mais évitable et traitable ».

COMMENTEZ

avatar
  S’abonner  
Notifier de