Aussi délurée que dangereuse, Harley Quinn n’a pas besoin du Joker pour nuire à Batman

Même si on peut encore la considérer comme une nouvelle venue dans l’univers de Batman, en comparaison au Joker ou à Catwoman par exemple, Harley Quinn n’en demeure pas moins un personnage emblématique de Gotham City, et elle est particulièrement appréciée par les fans. C’est son parcours particulièrement tordu et torturé que SooGeek vous fait découvrir ici. 

 

« Petite dernière » dans la grande famille des vilains de Gotham City, Harley Quinn est un personnage qui n’a cessé de gagner en popularité au fil des années. L’affaire ne paraissait pourtant pas évidente au premier abord : Harley Quinn devait en effet rester un personnage très secondaire dans la série animée Batman de 1992. Créée par Paul Dini et Bruce TimmHarley Quinn ne devait en effet apparaitre que le temps d’un épisode, mais Dini la créant sur le modèle de son amie, l’actrice Arleen Sorkin, il préféra lui donner plus d’importance. Harley devint donc la side-kick attitrée du Joker, avec sa fameuse tenue inspirée d’Arlequin.

 

Sans surprise, avec sa personnalité exubérante et ses idées farfelues, Harley Quinn devint rapidement populaire au-delà de toute espérance, et Dini et Timm lui consacrèrent un roman graphique très remarqué en 1994, Mad Love. Cette œuvre racontant comment Harley Quinn était devenue ce qu’elle était : travaillant initialement à l’asile d’Arkham, celle que l’on appelait encore le docteur Harleen Frances Quinzel en vint à faire la connaissance du Joker au cours de son travail et tomba follement amoureuse de lui. Après l’avoir aidé à s’enfuir, Harleen devint folle voyant son amour être ramené à l’asile grièvement blessé par Batman. C’est alors qu’elle embrassa la criminalité.

 

Harley Quinn dans sa version originale issue du dessin animé, apparence qui sera reprise dans les principaux comics la mettant en scène jusqu’en 2011 : 

harley-cartoon

 

Les aventures d’Harley se sont ensuite poursuivies en parallèle de celles des autres personnages de l’univers Batman et DC Comics l’amenant à se lier d’amitié avec Poison Ivy, cette dernière lui injectant une substance la rendant résistante aux toxines. Souvent ambigüe dans ses alliances, Harley Quinn n’a pas hésité à trahir ses allié(e)s par intérêt… ou par pure folie. Le personnage a cependant été de nouveau rebooté au cours des années 2000, chaque variation apportant des différences substantielles au personnage.

 

Il faut cependant attendre la grande remise à plat de l’univers DC Comics en 2011 pour voir Harley Quinn changer du tout au tout. Exit la tenue d’Arlequin cachant la chevelure blonde, place à un costume beaucoup plus révélateur, une chevelure mi-noire, mi-rouge et une peau toute blanche qui s’explique par le fait que le Joker l’a fait tomber, comme lui avant elle, dans une cuve d’acide. C’est dans cette nouvelle version que Harley Quinn rejoint The Suicide Squad, y connaissant encore une fois des hauts et des bas. Cependant les changements substantiels apportés au personnage n’ont pas ravi les fans…

 

La version relookée d’Harley Quinn, apparue en 2011, n’a pas plu à tout le monde : 

harley-quinn-new

 

 

Il faut se pencher du côté des histoires « indépendantes » et « alternatives » par rapport aux canons de l’univers DC pour voir Harley Quinn devenir plus une sorte d’anti-héroïne, décidée à faire le bien à sa manière. Pour ce qui est des autres médias que les comics et les dessins animés, Harley Quinn fait ses débuts au cinéma en 2016 dans le film The Suicide Squad et elle fait des apparitions remarquées dans les jeux Batman : Arkham. Un personnage de DC à part entière et très attachant avec sa bizarrerie.

 

La présence d’Harley Quinn marque d’autres productions en rapport avec l’univers de Batman, comme les jeux Batman : Arkham 

Arkham_Knight_Harley_Quinn

 

Le moins que l’on puisse dire c’est que la vie de Harley Quinn n’a pas été un long fleuve tranquille depuis qu’elle a rencontré le Joker ! Cependant, au fil de son histoire éditoriale, cet improbable pendant du plus célèbre ennemi de Batman a fini par acquérir son indépendance et, d’aventure en aventure, est passée de vilaine à anti-héroïne, tout en gardant son capital sympathie. Quelle version de Harley Quinn préférez-vous ?


Un homme est bien fort quand il s’avoue sa faiblesse

— Balzac