hache-pologne
— Wirestock Creators / Shutterstock.com

Des archéologues ont annoncé la récente mise au jour d’un ensemble de haches de l’âge du bronze étonnamment bien conservées, dans un district forestier du nord de la Pologne.

Des artefacts vieux de plus de trois millénaires

Si le site abritant ces précieux artefacts avait été localisé par le chasseur de métaux amateur et passionné d’histoire Denis Konkol, la loi polonaise prévoit que toute découverte archéologique réalisée par des particuliers sur le territoire doive être signalée aux autorités locales et devienne automatiquement propriété de l’État.

Les fouilles approfondies menées par les archéologues de l’Office provincial de protection des monuments de Poméranie ont permis la mise au jour de cinq haches anciennes dans un rayon de quelques dizaines de mètres. Selon le communiqué officiel, celles-ci se trouvaient sous une couche d’humus et de terre de 20 à 30 centimètres d’épaisseur.

L’examen initial des objets suggère qu’il s’agisse de haches de type « tautušiai », associées aux cultures baltes qui peuplaient ce qui est aujourd’hui la Lituanie et le nord-est de la Pologne il y a plus de trois millénaires. Pourvus d’un manche fin, ces artefacts étaient réputés pour leurs lames imposantes, aux contours travaillés.

Trouvés dans les forêts de Kociewie, au sud de la ville de Gdańsk, ces cinq artefacts y auraient été enterrés entre 1700 et 1300 avant notre ère. Potentiellement par des marchands, ou à des fins rituelles.

Une trouvaille archéologique rare

Selon l’équipe archéologique, bien que de récentes campagnes de fouilles menées dans la région aient conduit à la mise au jour de différents objets de l’âge du bronze (bracelets et cuirasses), celle d’un outil ou d’une arme datant de cette période remontait à plus de vingt ans.

Les haches seront prochainement envoyées au musée archéologique de Gdańsk pour y être examinées de plus près et restaurées.

Il y a quelques mois, l’Institut d’archéologie de l’université Nicolaus-Copernicus avait annoncé une découverte archéologique bien différente mais tout aussi fascinante près du village de Pnie : la sépulture d’un « enfant vampire ».

S’abonner
Notifier de
guest

0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments