grottes lunaires
— Shacil / Shutterstock.com

Si la Lune ne constitue pas l’endroit le plus hospitalier qui soit, la NASA planifie actuellement de nouvelles missions habitées, et il se trouve que l’un de ses orbiteurs a récemment repéré des abris naturels propices à une présence humaine durable.

Établir des bases humaines dans les cratères lunaires

Désert bosselé d’une aridité sans équivalent sur Terre, la surface de la Lune n’est pas vraiment ce que l’on peut appeler un lieu de villégiature idéal. La poussière, ou régolithe, qui la recouvre se révèle aussi coupante que de la fibre de verre, et notre satellite naturel est en permanence exposé à des niveaux de radiations extrêmes, des pluies de micrométéorites et des variations de température monstrueuses (oscillant entre 127 °C le jour et -173 °C la nuit).

Il y a quelques années, le Lunar Reconnaissance Orbiter (LRO) de l’Agence spatiale américaine avait repéré des abris prometteurs en vue de futures missions humaines : des fosses profondes potentiellement assez grandes pour accueillir des villes entières ainsi que des « arches » dédiées au stockage de spécimens de différentes espèces végétales et animales terrestres.

Si de telles cavités fourniraient naturellement un abri contre les radiations et les chutes de micrométéorites, de nouvelles analyses suggèrent qu’elles offriraient également des températures nettement plus stables et adaptées.

Fosse de Marius Hills photographiée à trois reprises par le LRO — © NASA / GSFC / Arizona State University

« Environ 16 des plus de 200 fosses sont probablement des tubes de lave effondrés. Deux des fosses les plus importantes ont des surplombs visibles qui mènent clairement à une sorte de grotte ou de vide, et il existe des preuves solides que le surplomb d’une autre fosse puisse également conduire à une grande grotte », explique Tyler Horvath, doctorant à l’UCLA.

Une température adaptée

Dans le cadre de travaux publiés dans la revue Geophysical Review Letters, des chercheurs de la NASA ont utilisé les données de Diviner, caméra thermique embarquée par le LRO, afin de mesurer la température à l’intérieur de l’une de ces cavités, située dans la mer de la Tranquillité et possédant une profondeur d’une centaine de mètres. Constamment plongé dans l’ombre, l’endroit affichait une température moyenne d’environ 17 °C en journée.

Bien évidemment, les futures bases lunaires seront équipées de systèmes de contrôle de la température extrêmement avancés, mais l’existence de zones sujettes à des écarts beaucoup moins importants impliquerait une consommation énergétique moindre, pouvant être potentiellement allouée à d’autres processus essentiels, incluant l’extraction de l’eau et de l’oxygène à partir du sol lunaire.

« Les humains ont évolué en vivant dans des grottes, et c’est vers ces abris que nous retournerons peut-être lorsque nous vivrons sur la Lune », a déclaré David Paige, co-auteur de l’étude. Pour l’heure, le retour de l’humanité sur la Lune est prévu pour 2024, dans le cadre de la mission Artemis 3.

S’abonner
Notifier de
guest
1 Commentaire
Le plus populaire
plus récent plus ancien
Inline Feedbacks
View all comments
louis
louis
13 jours

c’est deja le cas mais c’est top secret !