Groenland glace
― Vadim_N / Shutterstock.com

Ces nouvelles estimations sont particulièrement préoccupantes. Selon une nouvelle étude, la calotte glaciaire du Groenland serait en train de fondre bien plus vite que prévu. Par conséquent, sa contribution à l’élévation du niveau de la mer serait bien plus importante.

Une étude qui concerne uniquement le Northeast Greenland Ice Stream

Cette nouvelle étude publiée dans la revue Nature repose sur des données satellites, de stations GPS et des modélisations numériques. Elle suggère que l’élévation du niveau de la mer causée par la fonte de la calotte glaciaire du Groenland sera six fois plus importante que ce que les précédentes études suggéraient. Cette fonte devrait notamment entraîner une hausse du niveau de la mer de 13,5 à 15,5 millimètres d’ici la fin du siècle.

Shfaqat Abbas Khan, auteur principal de l’étude et professeur à l’Institut national de l’espace de l’université technique du Danemark, explique que les projections précédentes se basaient principalement sur l’observation de la fonte aux franges de la calotte glaciaire. En revanche, la nouvelle étude prend en compte la fonte plus en profondeur dans les terres.

Les auteurs de l’étude notent que ces résultats concernent le Northeast Greenland Ice Stream, une section nord-est de l’inlandsis représentant 12 % de la calotte. Cependant, cette tendance touche probablement l’ensemble du Groenland.

niveau mer
— ribeiroantonio / Shutterstock.com

Des données importantes

D’après les chercheurs, la fonte à l’intérieur des terres serait causée par l’intrusion de courants océaniques chauds. En 2012, ce phénomène a notamment provoqué l’effondrement de l’extension flottante du Northeast Greenland Ice Stream. Depuis, la fonte s’est poursuivie à l’intérieur des terres à un rythme accéléré.

Les scientifiques indiquent que les données collectées à l’intérieur des terres permettent d’établir des projections plus réalistes sur l’élévation du niveau de la mer. « Les données collectées dans le vaste intérieur des calottes glaciaires, telles que celles décrites ici, nous aident à mieux représenter les processus physiques inclus dans les modèles numériques et à leur tour fournissent des projections plus réalistes de l’élévation globale du niveau de la mer », a déclaré Eric Rignot, co-auteur de l’étude.

Pour rappel, le Groenland perd désormais 357 milliards de tonnes de glace par an.

S’abonner
Notifier de
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments