— Africa Studio / Shutterstock.com

L’équipe responsable de la première greffe de cœur de porc sur un patient humain, réalisée au début de l’année aux États-Unis, a annoncé que l’organe était contaminé par un virus animal, qui aurait pu contribuer à sa mort.

Le cytomégalovirus porcin

David Bennett Sr, 57 ans, est décédé le 8 mars dernier, deux mois après sa transplantation cardiaque. Fourni par la société de médecine régénérative Revivicor, l’organe avait été prélevé sur un animal ayant subi une dizaine de modifications génétiques particulières, visant à réduire les risques de rejet par le système immunitaire humain.

L’équipe ayant effectué cette opération historique a récemment indiqué que le cœur avait été testé à plusieurs reprises avant la greffe afin de détecter d’éventuelles traces de cytomégalovirus porcin, mais expliqué que les protocoles utilisés ne détectaient que les infections actives, et non latentes dans lesquelles le virus « se cache » dans l’organisme sans se répliquer activement.

Trois semaines après la transplantation, des analyses avaient révélé la présence de faibles niveaux de cytomégalovirus porcin dans le sang de Bennett. Si le Dr Bartley Griffith et ses collègues pensaient au départ qu’il pouvait s’agir d’une erreur du laboratoire, quarante jours après la transplantation, l’état de leur patient s’était fortement dégradé et les tests avaient montré une forte augmentation des niveaux sanguins d’ADN viral.

— Dmitriy Kandinskiy / Shutterstock.com

« Il est clair que le virus a pu contribuer à la dégradation de son état de santé général »

Spécifique aux porcs, le cytomégalovirus porcin ne peut théoriquement pas infecter les cellules humaines. Cependant, ce dernier pourrait s’être répliqué de manière soudaine et incontrôlée dans l’organe transplanté, déclenchant une réaction inflammatoire potentiellement mortelle chez le patient.

« Nous ne pouvons pas affirmer avec certitude qu’il s’agit de la principale cause de décès, mais il est clair que le virus a pu contribuer à la dégradation de son état de santé général », estime Jay Fishman, directeur associé du Centre de transplantation du Massachusetts General Hospital.

Selon Griffith, des tests de dépistage plus étroits sur les animaux seront nécessaires pour empêcher le transfert de tels virus lors de futures transplantations de l’animal à l’Homme. « Si ce type d’infection est effectivement en cause, nous pourrons probablement l’empêcher à l’avenir », conclut-il.

S’abonner
Notifier de
guest
3 Commentaires
Le plus populaire
plus récent plus ancien
Inline Feedbacks
View all comments
louis
louis
17 jours

comme si il n’y avait pas assez du covid ! mdr

Schistosome_Parasite_SEM-829x1024.jpg
Mathy
Mathy
17 jours

Si les porcs ne peuvent pas nous transmettrent leurs virus alors que leurs cellules ressemblent le plus aux notres, comment veulent ils nous faire croire à l’histoire du pengolin et la chauve souris