gravures rupestres
— © Kristina Thomsen

La datation de gravures découvertes sur les parois d’une grotte scellée par des sédiments pendant des dizaines de milliers d’années a permis de confirmer que Néandertal en était à l’origine.

Expression artistique néandertalienne

Les progrès de la recherche scientifique au cours des dernières années ont permis de mieux cerner la complexité de la culture néandertalienne. Cependant, le domaine de l’expression artistique reste largement inexploré : bien qu’un certain nombre d’artefacts symboliques aient été associés à cette ancienne espèce humaine, leur signification et leur importance continuent de faire l’objet de vifs débats.

Dans le cadre de travaux publiés sur PLoS ONE, Jean-Claude Marquet, de l’université de Tours, et ses collègues ont procédé à l’analyse d’une série de marques préhistoriques sur les parois de la grotte de la Roche-Cotard, située dans la région Centre-Val de Loire et découverte au cours du XIXe siècle.

Créés à l’aide de la photogrammétrie, les modèles 3D des gravures rupestres ont été comparés à des exemples connus. Sur la base de leur forme (circulaire et ondulée), leur espacement et leur disposition, l’équipe a conclu qu’il s’agissait de motifs délibérés, organisés et créés intentionnellement par des mains humaines.

La datation d’échantillons de sédiments par luminescence stimulée optiquement, ayant récemment révélé les plus anciennes empreintes de pas connues d’Homo sapiens, indique que ces marques ont été laissées il y a plus de 57 000 ans, bien avant l’établissement de notre espèce dans la région. Ce contexte temporel, associé à la présence exclusive d’outils de pierre moustériens dans la grotte, technologie étroitement associée aux Néandertaliens, constitue une preuve solide que ces derniers étaient les créateurs de ces gravures.

Des exemples encore plus anciens

S’il s’agit des plus anciennes gravures rupestres connues, il existe plusieurs exemples d’expression artistique antérieurs, parmi lesquels un ensemble de stalagmites peints il y a 65 000 ans par Néandertal dans la grotte de Cueva de Ardales, dans le sud de l’Espagne.

En ce qui concerne l’art figuratif, c’est-à-dire la représentation du monde réel, les plus anciens exemples connus s’avèrent être trois cochons sauvages peints sur les parois d’une grotte indonésienne par Homo sapiens il y a plus de 45 000 ans.

Renforçant l’idée que nos cousins possédaient des capacités cognitives avancées, de récentes recherches ont suggéré que les Néandertaliens ont été les premiers humains à modifier artificiellement leur environnement et s’adonnaient également à la chimie.

gravures rupestres
— © Jean-Claude Marquet
S’abonner
Notifier de
guest

0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments