Cette découverte sur le graphène pourrait changer le monde

Une équipe de chercheurs américains a découvert une étonnante propriété au graphène : ce dérivé du carbone pourrait bien nous sauver des affres du réchauffement climatique grâce à son inépuisable source d’énergie propre ! 

 

« Matériau miracle »

Le graphène est un dérivé du carbone découvert pour la première fois en 2004 et qui continuer de déconcerter la communauté scientifique : ce matériau essentiellement en deux dimensions ne devrait tout simplement pas exister. Mais grâce à une faille, à savoir que les atomes de carbones composant le « matériau miracle » sont fluctuants, le graphène a pu s’extirper des abysses du néant ; c’est ce qu’on appelle le mouvement brownien.

Publiée dans la revue Physical Review Letters, la recherche du professeur Paul Thibado de l’Université de l’Arkansas se concentre sur le mouvement du graphène. Accompagné de ses étudiants, il a minutieusement scruté sous un microscope à effet tunnel la moindre réaction du matériau. À une échelle incroyablement réduite, l’équipe américaine a décelé autre chose que le mouvement brownien. En effet, ils ont également observé d’autres mouvements plus importants, également connus sous le nom de processus de Lévy

Ce phénomène peut être observé dans dans différents contextes : lors des signaux biomédicaux, durant certains phénomènes climatiques, et même dans d’importants mouvements de foules. Thibado est le premier chercheur à observer ce processus arriver sur un matériau non-organique à une échelle atomique. 

 

Une promesse d’avenir

L’expérience du professeur Thibado a été menée sur une feuille de graphène de 10 micromètres sur 10 micromètres – soit 0,01 mm. En utilisant cette feuille, les scientifiques ont admis avoir produit 10 microwatts de pouvoir continu sans aucune perte. En d’autres termes, le graphène produit lui-même de l’énergie – naturelle et non-polluante – sans l’aide d’aucun élément extérieur ! La découverte de cette propriété aussi inattendue que salutaire est la bienvenue en ce moment, alors même que les États-Unis se sont retirés des accords de Paris sur le climat et que l’Union Européenne reconduit le glyphosate pour 5 ans…

« Ceci est la clé pour utiliser le mouvement des matériaux en 2D en tant que source d’énergie exploitable. »

 

Paul Thibado

Le professeur Thibado a publié une vidéo Youtube dans laquelle il démontre que le mouvement du graphène peut à terme remplacer nos batteries actuelles, améliorer nos piles solaires et même amincir davantage nos écrans de télévision.

 

De nombreux usages  

Thibado a d’ores et déjà commencé à travailler sur un dispositif qui pourrait transformer l’énergie émise par le graphène en électricité. Selon lui, cette invention pourrait, à terme, permettre de connecter n’importe quel objet d’envoyer, de recevoir et de stocker des informations uniquement grâce à la chaleur environnante. 

Cette source d’énergie microscopique pourrait transformer n’importe quel chose en objet intelligent. Elle pourrait également rendre les dispositifs tels que les pacemakers et les appareils auditifs plus performants. 

 

Le High-Tech au taquet

Les mirobolantes possibilités offertes par le graphène ont déjà convaincu le géant coréen d’investir massivement dans ce « matériau miracle ». Le groupe Samsung a fait savoir lundi 27 novembre qu’il avait mis au point une batterie de smartphone à base de graphène permettant de conduire l’électricité 140 fois plus vite que le silicium. Dopée au graphène, elle peut stocker davantage d’énergie que les batteries actuelles, tout en raccourcissant le temps de charge à seulement 12 minutes pour atteindre les 100 % !

Les industriels ont d’autant plus intérêt à s’emparer de cette énergie propre et illimitée que notre surconsommation de produits high tech menace dangereusement l’environnement. Rien que pour l’année 2014, nous avons produit 41,8 millions de tonnes de déchets électriques et électroniques. Et les folies du Black Friday 2017 ne vont rien arranger…


Accompagnez-nous sur les réseaux sociaux