La guerre menée par les Etats-Unis contre le géant chinois Huawei se poursuit. Dans la continuité de l’annonce de l’interruption d’échanges commerciaux entre la puissance américaine et l’entreprise chinoise, Google se prépare à couper les ponts avec Huawei. Les smartphones de la marque, qui fonctionnent sur Android, vont être sérieusement affectés par cette décision.

Huawei croule sous les mauvaises nouvelles

Nous vous expliquions il y a quelques jours à peine que les tensions entre Huawei et les Etats-Unis s’accentuaient, au point de potentiellement affecter le partenariat entre l’entreprise chinoise et la France. Mais la bombe lâchée par l’agence américaine Reuters montre que le conflit prend de nouveau de l’ampleur : Google cesserait bientôt toute collaboration avec Huawei.

Cela signifie que tous les services appartenant à l’entreprise, dont le Play Store, YouTube ou encore Gmail, ne seront plus disponibles sur les smartphones futurs de Huawei. Concernant les smartphones actuels, les services de Google sont toujours disponibles mais il n’y aura plus aucune mise à jour Android globale. C’est comme si le téléphone stagnait dans le temps à partir d’aujourd’hui. Si cela ne pose pas de grands problèmes pour les détenteurs de Huawei en Chine (où la plupart de ces applications sont déjà bloquées), c’est en revanche un réel souci pour le marché européen de l’entreprise.

Google n’est pas la seule entreprise à rompre son partenariat avec Huawei

Cette nouvelle découle directement des mesures prises par Trump à l’échelle nationale concernant les entreprises américaines qui collaborent avec Huawei. L’effet de l’annonce de Google est conséquent, mais derrière se cachent d’autres acteurs américains qui vont interrompre leurs contrats avec Huawei : Intel et Qualcomm.

Huawei a déjà gagné une certaine autonomie par rapport à ces deux entreprises puisqu’elle produit ses propres puces pour certains produits, mais Intel reste le fournisseur de puces et de processeurs d’ordinateurs de la marque, et Qualcomm celui d’autres types de puces pour les smartphones du constructeur chinois. Le cumul pèse donc lourd dans la balance et Huawei va devoir rapidement trouver des solutions pour réagir face à ces mesures américaines.

Par ailleurs, les smartphones Honor, qui font partie du groupe Huawei, sont aussi concernés par cette mesure.

Que va-t-il se passer pour les détenteurs d’un smartphone Huawei ?

Huawei dispose de solutions temporaires pour la situation. Si Android ne fonctionnera plus sur ses smartphones, le constructeur chinois peut tout de même s’appuyer sur l’open source android AOSP. Cela lui permettrait d’avoir une interface similaire à l’Android officiel, mais sans aucune application ou store disponible. Mais l’absence des licences GMS (de Google) pèse énormément : de nombreuses applications utilisent certaines fonctionnalités de Google, notamment pour les notifications, en plus des applications qui font partie du groupe Google.

Cela implique que, à terme, Huawei devra créer son propre store, ainsi que ses propres applications, ou encore discuter avec chacune des applications les plus connues pour obtenir un accord spécifique (Facebook, Netflix, Twitter…), ce qui paraît fortement compromis au vu des mesures américaines.

Mais si l’entreprise souhaite tourner la page Android, elle devra créer son propre système d’exploitation, capable de rivaliser avec Android ou encore iOS. Cette mesure peut être à double tranchant : les consommateurs seront très pointilleux concernant l’ergonomie et l’efficacité de l’interface, donc toute erreur peut être fatale ; de l’autre côté, cela permettrait au constructeur chinois d’avoir une identité propre et, à terme, s’imposer comme une véritable alternative aux smartphones de ses concurrents directs, en l’occurrence Samsung ou Apple.

Huawei est la deuxième entreprise en matière de ventes de smartphones, justement devant le géant américain Apple, et ne compte sûrement pas rester les bras croisés et laisser son empire se déconstruire. Reste à voir si ses réponses seront efficaces…

Que pensez-vous de la décision de Google ?

Mise à jour du 21/05/2019 : Washington accorde un sursis de 90 jour à Huawei. Cela signifie que jusqu’au19 août, l’entreprise chinoise est autorisée à acheter des équipements et composants auprès de ses fournisseurs américains afin que ses réseaux puissent continuer de fonctionner. Huawei, de son côté, affirme avoir pris les dispositions nécessaires dès que les sanctions américaines ont été annoncées.

COMMENTEZ
9

Inscrivez-vous ou connectez-vous pour commenter
avatar
7 Fils de commentaires
2 Réponses de fil
2 Abonnés
 
Commentaire avec le plus de réactions
Le plus populaire des commentaires
9 Auteurs du commentaire
floKnuXXavier WerquinninoGinette LEGER Auteurs de commentaires récents
  S’abonner  
plus récent plus ancien Le plus populaire
Notifier de
Brasseur
Invité
Brasseur

Ne fait qu’appliquer les décisions de Trump qui protège le marché américain

Gerald
Invité
Gerald

C’est du racket pur et simple, les américains ont beau jeu d’accuser les chinois d’espionnage, c’est l’arroseur arrosé.