Le glyphosate est dangereux pour la santé et une décision de justice pourrait bien démontrer ses ravages au monde. Dans le cadre d’un procès se tenant aux États-Unis, un homme ayant développé un cancer à cause du glyphosate a poursuivi Monsanto. Un acte fort d’autant plus que la justice a reconnu le rôle du glyphosate dans cette affaire.

UNE PREMIÈRE POUR LA JUSTICE AMÉRICAINE

Monsanto est confronté à un cas de cancer causé par ses produits. Le 19 mars dernier, le procès opposant Monsanto à Edwin Hardeman, un homme de 70 ans a connu une tournure attendue par beaucoup. Si l’affaire marque les esprits, elle est un autre coup dur pour la firme. Monsanto avait en effet déjà été au tribunal en août dernier, suite à un cas similaire.

Après avoir utilisé ce produit contenant du glyphosate pendant plus de 30 ans, il a développé un lymphome non hodgkinien (LNH, une hémopathie maligne du système lymphatique). Selon lui, l’herbicide Roundup est en cause et le jury du procès vient de lui donner raison lors de la première phase de l’affaire.

UN CAS QUI SERVIRA POUR DE FUTURES AFFAIRES ?

Si Monsanto n’a pas l’avantage dans cette affaire, elle pourrait bien être à l’origine d’autres procès à l’encontre de la firme. Le tribunal fédéral de San Francisco a recensé pas moins de 700 affaires similaires en attente de jugement. Or, la sentence qui sera prononcée à la fin de l’affaire servira de référence pour ces futurs procès. Le cas d’Edwin Hardeman est d’autant plus important que son cas est difficile à juger.

En effet, le plaignant a plus de 70 ans et il a eu une hépatite C, deux facteurs de risque liés au cancer qu’il a développé. Les cas à venir seront donc plus faciles à traiter pour les avocats d’autant qu’ils ne manqueront pas de travail. D’après les chiffres, 11 000 actions en justice ont été présentés aux tribunaux fédéraux et juridictions d’état américains.

Des flacons de désherbant Roundup produits par Monsanto ©Flickr / Mike Mozart

QUE SE PASSERA-T-IL LORS DE LA DEUXIÈME PHASE DU PROCÈS ?

La première phase est passée mais cela ne veut pas dire que la sentence est définitive. Après cette première décision du jury, le tribunal va se pencher sur le fait que Monsanto a caché la dangerosité du glyphosate.

Entre autres, les méthodes d’influence utilisées par Monsanto pour corrompre les agences réglementées vont être analysées. La responsabilité de Roundup est reconnue. Malgré tout, il faudra attendre encore des semaines avant d’avoir la décision finale du jury.

COMMENTEZ
1

Inscrivez-vous ou connectez-vous pour commenter
avatar
1 Fils de commentaires
0 Réponses de fil
0 Abonnés
 
Commentaire avec le plus de réactions
Le plus populaire des commentaires
1 Auteurs du commentaire
Mat Auteurs de commentaires récents
  S’abonner  
plus récent plus ancien Le plus populaire
Notifier de
Mat
Invité
Mat

Faudrait juste rappeler qu’en Amérique c’est un cortège de gens civils qui vont prendre la décision. La justice là-bas est plus sur l’aspect émotion que raison. Certes le glyphosate est herbicide qui tue des plantes, donc bon on va pas en boire tous les matins mais faut arrêter d’avoir peur… Lire la suite »