20 anecdotes surprenantes sur Ghostbusters, ce film culte qui a marqué les années 1980

Souvenez-vous, Ghostbusters, c’est ce film culte qui met en scène trois hilarants chasseurs de fantômes au beau milieu de New York ! Vous connaissez bien évidemment le célèbre spectre goinfre au doux nom de Bouff’tout. L’Ectomobile, cette Cadillac frappée du logo No Ghost, ne vous est pas non plus inconnue. Mais saviez-vous qu’une cacahuète peinte en vert avait sauvé l’une des scènes cultes du film ? Ou encore que le bonhomme Marshmallow était, en fait, rempli de mousse à raser ? Si cela vous semble absurde, tenez-vous bien car le DGS vous propose une compilation de 20 anecdotes étonnantes et méconnues sur cet inoubliable film des années 80.

 

1 – Dan Aykroyd s’est inspiré de sa propre famille pour ce film.

dan-akroyd-ghostbustes

Aykroyd a grandi entouré de gens très portés sur le spiritisme. Son arrière-grand-père, Samuel A. Aykroyd était un fameux expert en psychisme du 19e siècle. Il conduisait notamment de nombreuses séances de spiritisme, accompagné d’un médium du nom de Walter Ashurst. Cet amour du paranormal fut légué à son fils, le grand-père de Dan, Maurice. Ce dernier tâcha notamment de créer un appareil de cristal censé capter les voix d’esprits par le biais de vibrations. De même, Peter, le père de Dan, était un collectionneur de livres et revues sur le thème du paranormal. Cette fascination de ces générations pour le monde des fantômes continua son ascension jusqu’à Dan Aykroyd qui, en 1979, lut un article de parapsychologie qui lui inspira le scénario de Ghostbusters.

 

2 – Ghostbusters aurait pu être très différent et encore plus impressionnant !

ghostbusters-no-ghost

Pour son film, Dan Aykroyd s’inspira également du film The Ghost Breakers (1940), une comédie horrifique de Bob Hope. Transporté par son idée, le scénariste commença à écrire un scénario totalement délirant, qui devait avoir lieu dans un futur bien plus sombre. A cette époque, il souhaitait que les trois personnages principaux soient interprétés par John Belushi, Eddie Murphy et lui-même. De plus, il souhaitait mettre en scène plus d’une douzaine de chasseurs de fantômes, qui devaient se battre contre des hordes d’entités venues de dimensions et d’époques différentes. Enfin, l’iconique bonhomme Marshmallow devait apparaître bien plus tôt et faire partie de l’un des cinquante monstres géants à se battre contre les héros. Le producteur et réalisateur Ivan Reitman estime que cette première version du scénario aurait dû coûter 300 millions de dollars de production – et tout cela, en 1984 !

 

3 – John Belushi apparaît à la fin du film sous la forme d’un fantôme.

L’une des raisons pour lesquelles Dan Aykroyd dut revoir son scénario (en plus de son impossibilité à être produit) fut la mort tragique de John Belushi qui devait incarner le sarcastique chasseur de fantômes, Peter Venkman. Heureusement, la relève fut excellente puisque c’est l’acteur Bill Murray qui immortalisa le personnage. Malgré tout, les scénaristes voulurent rendre hommage à l’acteur légendaire des Blues Brothers en créant un fantôme loufoque inspiré de sa personnalité. Ainsi, Aykroyd élabora un fantôme glouton et fêtard à l’apparence grossière pour honorer avec beaucoup d’humour et d’ironie son ami John Belushi. Vous l’avez reconnu, il s’agit de l’iconique fantôme Bouff’tout.


Chaque jour, il se vend 548 Rubik’s cube en France, soit 200 000 Rubik’s cube vendus chaque année.

— @DailyGeekShow