Dès la conception d’un enfant, ses parents lui transmettent leurs gènes, de fait que de nombreuses ressemblances physiques sont visibles entre les parents et les enfants. Mais les traits physiques ne sont pas les seules choses qu’on hérite des gènes, on peut également hériter des traits de caractère et des comportements.

Les pères et les mères influencent le comportement de leurs enfants de manière différente

Le comportement et les traits de caractère de chaque individu dépendent de nombreux paramètres comme son histoire et ses expériences personnelles, son éducation, ses croyances, mais aussi de l’inné. En effet, les acquis tout au long de notre vie – c’est-à-dire notre culture – ne sont pas les seuls paramètres qui influencent notre comportement et notre caractère. Les gènes – notre nature – que nous avons hérités de nos parents ont également un rôle à jouer. D’ailleurs, une nouvelle étude réalisée par les chercheurs de l’université de l’Utah a permis de découvrir la manière dont les gènes des parents peuvent influencer le comportement de leurs enfants.

Selon les résultats de l’étude publiée dans la revue Cell Reports, chaque parent a son impact génétique sur le caractère de son enfant, et cela est notamment dû aux hormones et aux autres messages chimiques qui contrôlent l’humeur et le comportement. Autrement dit, les empreintes génomiques paternelles et maternelles agissent différemment dans la manière dont ils influencent le comportement d’un enfant. Les chercheurs ont notamment découvert que les neurotransmetteurs – les cellules du cerveau qui produisent les messages chimiques – sont fortement influencés par les gènes hérités de la mère.

En revanche, au niveau de la glande surrénale, les cellules favorisent la version paternelle de ce même gène. Dans ce cas-là, le gène est impliqué dans la production de l’hormone du stress : l’adrénaline. Notons que ces deux fonctions ne sont pas en contradiction, mais agissent en tandem dans ce que les chercheurs désignent comme étant l’axe cerveau-surrénale. « L’axe cerveau-surrénale contrôle la prise de décision, les réponses au stress et la libération d’adrénaline, parfois appelée réponse de combat ou de fuite », a ainsi expliqué Christopher Gregg, auteur principal de l’étude, dans un communiqué.

— Liderina / Shutterstock.com

L’influence des gènes chez les enfants diffère également chez les filles et les garçons

Afin d’aboutir à ces conclusions, les chercheurs se sont servis de souris génétiquement modifiées chez lesquelles des étiquettes fluorescentes étaient attribuées aux enzymes DOPA décarboxylase. Grâce à ces étiquettes, les chercheurs ont pu observer à l’aide d’un microscope les gènes hérités de la mère (colorés en rouge), et ceux hérités du père (colorés en bleu). Après avoir déterminé leur influence sur le cerveau et sur les glandes surrénales, les chercheurs ont supprimé l’un ou l’autre des gènes hérités des parents pour voir ce qui se passait lorsque les souris cherchaient de la nourriture.

Ils ont ainsi pu déterminer que même si c’était subtil, il y avait des différences de comportement associées aux copies des gènes de chaque parent. Par ailleurs, les scientifiques ont également découvert que les gènes hérités des parents affectaient de manière différente les filles et les fils. Il a en effet été constaté que les gènes maternels avaient tendance à être dominants chez les garçons, tandis que les gènes paternels avaient plus d’influence chez les filles, a rapporté Slate.

Étant donné ces résultats, les chercheurs pensent que la génétique a une grande influence sur les biais cognitifs et certains processus de décision. Avec d’autres études, les chercheurs espèrent ainsi avoir une meilleure compréhension du sujet, et espèrent même aider au développement de traitements pour des problèmes comme la dépression et l’anxiété.

— MiniStocker / Shutterstock.com
S’abonner
Notifier de
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments