Lion américain
© Sergiodlarosa / Wikimedia Commons

Partout dans le monde, des vestiges du passé remontent à la surface des lacs et rivières asséchés en raison de l’absence de pluies. En octobre dernier, un habitant de l’État du Mississippi a découvert la mâchoire fossilisée d’un grand lion américain alors qu’il explorait un banc de sable nouvellement exposé dans le fleuve Mississippi, dont les niveaux sont actuellement anormalement bas.

Les dents d’un carnivore

La sécheresse n’en finit plus de révéler de nouvelles découvertes. Aujourd’hui, c’est l’assèchement du Mississippi qui a révélé une découverte très rare. Il s’agit d’un rare fossile de lion américain.

Wiley Prewitt, un résident du Mississippi, a découvert de grandes dents noires attachées à un bout de mâchoire alors qu’il explorait un banc de sable près de la ville de Rosedale. « En découvrant les dents, j’ai tout de suite compris qu’il s’agissait d’un fragment de la mâchoire d’un carnivore. Mais je n’osais pas espérer que cela venait d’un lion américain », a-t-il déclaré.

Il a ainsi décidé d’apporter sa découverte à un symposium et une exposition sur les fossiles et les artefacts du Mississippi pour demander l’avis des experts. En examinant le fossile, les paléontologues ont confirmé que cette mâchoire appartenait à un grand lion américain (Panthera atrox), une espèce éteinte depuis 11 000 ans.

Un fossile rare dans cette région

Le National Park Service, une agence qui se charge de gérer les parcs nationaux, les monuments nationaux et quelques autres propriétés historiques et zones protégées du domaine fédéral américain, indique que c’est seulement le quatrième fossile de l’espèce découvert dans l’est des États-Unis.

L’existence du grand lion américain a été découverte dans les années 1830, grâce à un fossile trouvé à Natchez, dans le Mississippi. D’après les scientifiques, cet animal a fait son apparition sur le continent américain il y a environ 340 000 ans. De nombreux fossiles de l’espèce ont été trouvés dans le sud de la Californie. En revanche, très peu de fossiles ont été découverts dans les autres parties des États-Unis.

« Ce fossile est si rare que toute information tirée de celui-ci nous aidera à en savoir beaucoup plus sur cet animal, non seulement en tant qu’espèce, mais sur son rôle dans l’habitat de la plaine alluviale du Mississippi pendant le Pléistocène », a déclaré James Starnes, géologue au département de la qualité de l’environnement du Mississippi.

Pour rappel, les ruines d’une antique cité grecque vieille de 2 500 ans ont émergé après l’assèchement d’un barrage.

S’abonner
Notifier de
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments