fossile-arthropode-cambrien
Stanleycaris hirpex — © Jean-Bernard Caron / Royal Ontario Museum

Des scientifiques canadiens ont récemment décrit une étrange créature marine préhistorique. Ayant évolué dans les mers peu profondes du Cambrien, celle-ci était pourvue de nageoires semblables à des ailes et de trois yeux qui l’auraient aidée à repérer et traquer ses proies.

Stanleycaris hirpex

Ne dépassant pas 20 cm de long, Stanleycaris hirpex vivait il y a environ 500 millions d’années, peu de temps après l’apparition des premiers yeux dans les archives fossiles. Bien qu’il s’agisse du premier arthropode à trois yeux avéré, il est probable que des fossiles existants d’autres représentants de ce groupe (comprenant les insectes, les arachnides et les crustacés) présentent une telle particularité, qui aurait été négligée lors de leur examen.

« Son système visuel développé, constitué de deux petits yeux latéraux saillants en encadrant un troisième beaucoup plus massif, lui aurait permis de poursuivre de petites proies de la taille d’un doigt se déplaçant rapidement », explique Joseph Moysiuk, chercheur à l’université de Toronto et auteur principal de l’étude. « Il s’agit d’un bon exemple de l’évolution des systèmes sensoriels complexes chez les premiers prédateurs, avec différents types d’yeux ayant des fonctions distinctes. »

Publiés dans la revue Current Biology, ces nouveaux travaux ont impliqué l’examen de centaines de fossiles de S. hirpex. Exceptionnellement bien conservés, ceux-ci provenaient de la formation de Burgess, en Colombie-Britannique, où un cerveau fossilisé vieux de 310 millions d’années avait été mis au jour l’an passé.

fossile-arthropode-cambrien
Résumé de l’étude, présentant une interprétation du système nerveux à partir de fossiles de Stanleycaris et les implications pour comprendre l’évolution du cerveau des arthropodes (le cerveau est représenté en rouge et les cordons nerveux en violet) — © Jean-Bernard Caron / Royal Ontario Museum

Une morphologie étrange

La plupart des 268 spécimens étudiés comportaient des tissus mous intacts (cerveau, nerfs et tissus réfléchissants de leur système visuel). Outre ses trois yeux, il s’est avéré que S. hirpex possédait 17 segments corporels, deux paires de volets (ou nageoires) rigides le long du tiers inférieur de son corps, ainsi que des griffes acérées qui l’auraient sans doute aidé à saisir ses proies, qu’il dévorait à l’aide de ses mâchoires dentées.

Selon les auteurs de l’étude, cette configuration visuelle particulière (un grand œil central et deux yeux latéraux) aurait été répandue chez les premiers invertébrés, avant d’évoluer vers deux yeux jumelés ou plus chez leurs descendants.

« Le Lyrarapax, qui vivait il y a 520 millions d’années environ et appartenait au même groupe d’arthropodes primitifs appelés radiodontes, possédait une structure similaire au niveau du front qui aurait pu être un œil », souligne Moysiuk. « Ces créatures possédaient une morphologie définitivement étrange, avec une paire de tiges oculaires et de longs appendices aux formes singulières. »

S’abonner
Notifier de
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments