© Instituto Nacional de Antropología e Historia (INAH)/Sergio Gómez

Le Mexique compte de nombreuses pyramides. Une ville dénommée Teotihuacan est, par exemple, un important site archéologique qui comprend certaines des plus grandes pyramides mésoaméricaines jamais construites. Parmi celles-ci se trouve la « pyramide du Soleil ». Elle est située entre la pyramide de la Lune et la Ciudadela, à côté de la montagne imposante du Cerro Gordo. Apparemment, cette pyramide fait partie d’un vaste complexe au cœur de l’antique cité des Aztèques.

Des bouquets de fleurs ont été trouvés à 18 mètres sous la pyramide

Cette pyramide de Teotihuacan est immense puisqu’elle aurait atteint 23 mètres de hauteur lors de sa construction, rapporte Live Science. Par conséquent, elle a été plus grande que le Sphinx de Gizeh de l’Égypte ancienne. Justement, des chercheurs de l’Institut national d’anthropologie et d’histoire du Mexique (INAH) se sont récemment aventurés à l’intérieur de cette pyramide. Et ils y ont fait plusieurs découvertes intéressantes.

Sous la pyramide de Teotihuacan, qui est située au nord-est de l’actuelle ville de Mexico, se trouve un tunnel qui serpente sous une pyramide de la ville antique. Des chercheurs sont tombés sur des restes de bouquets de fleurs bien conservés à 18 mètres sous le sol, soit dans la partie la plus profonde du tunnel.

L’archéologue Sergio Gomez-Chavez, qui dirige les fouilles, a déclaré qu’à côté de ces bouquets se trouvaient de nombreux morceaux de poteries et une sculpture représentant Tlaloc, un dieu associé à la pluie et à la fertilité. Le chercheur avance ainsi que ces bouquets faisaient probablement partie de rituels, liés peut-être à la fertilité, que les peuples autochtones accomplissaient dans le tunnel.

— Claudio Briones / Shutterstock.com

L’utilisation de ce tunnel reste encore méconnue jusqu’à présent

A noter que le nombre de fleurs dans chaque bouquet varie. Certains en avaient 40 tandis que d’autres, 60 fleurs. Outre ces fleurs, les archéologues ont également découvert des preuves d’un grand feu de joie. D’après l’archéologue, il est probable que ces peuples aient placé les bouquets sur le sol. À la suite de quoi, ils les recouvraient d’une grande quantité de bois et allumaient le tout. Néanmoins, il semblerait que les bouquets aient été protégés par la grande quantité de bois qui les recouvrait.

Depuis la découverte de ce tunnel en 2003, les chercheurs y ont découvert plusieurs artefacts, notamment des poteries, des sculptures, des fèves de cacao et de l’obsidienne. Cependant, les chercheurs ignorent jusqu’à présent pourquoi ce tunnel a été créé et à quoi il a servi. Les chercheurs espèrent aussi pouvoir identifier les fleurs afin d’en apprendre plus sur les potentiels rituels qui ont été menés dans ce tunnel.

COMMENTEZ

avatar
  S’abonner  
Notifier de