― Abdul Wahab Qamar / Shutterstock.com

Depuis le 15 décembre, le confinement a été remplacé par un couvre-feu de 20 heures à 6 heures. Si les théâtres, salles de spectacle, cinémas et salles de fêtes ne pourront pas rouvrir avant le 7 janvier 2021, plusieurs fêtes clandestines rassemblant des centaines de personnes ont déjà eu lieu au cours de ces derniers jours.

Plusieurs fêtes clandestines ont eu lieu au cours du week-end dernier

Dans la nuit de samedi à dimanche, la police a été appelée vers une heure du matin pour une fête organisée dans une propriété privée du 14e arrondissement de la ville de Marseille. Quatre équipages sont ainsi venus sur place pour évacuer environ 500 personnes et pour dresser de multiples amendes de 135 euros pour non-respect du confinement. Selon une source policière, l’évacuation se serait passée sans incident.

Il s’agit de l’une des plus grandes fêtes clandestines détectées dans l’Hexagone depuis le début du second confinement. Le commissariat du secteur nord enquête sur l’affaire. La préfecture de police des Bouches-du-Rhône indique dans un communiqué que cette enquête a été diligentée pour « mise en danger de la vie d’autrui ». Elle vise notamment à identifier les propriétaires et organisateurs de la soirée pour qu’ils répondent de leurs actes.

Le même soir, une centaine de personnes se sont également rassemblées pour faire la fête dans une salle de restaurant à Strasbourg, dans le quartier de la plaine des Bouchers. La police est également venue sur place pour interrompre la soirée clandestine. L’organisateur affirme qu’il a tout simplement lancé un appel sur Snapchat, et qu’il a été dépassé par le nombre d’invités. Une fois encore, une procédure a été lancée pour mise en danger d’autrui.

— Keitma / Shutterstock.com

Le nombre de fêtes privées risque de se multiplier pendant la période des fêtes de Noël et de fin d’année

Depuis mercredi, les Français peuvent de nouveau se déplacer sans risquer l’amende de 135 euros, sauf pendant les horaires du couvre-feu. « Est-ce qu’on pourra inviter quelques personnes chez soi qui arriveront avant 20 h et qui partiront après 6 h ? Oui, ce sera possible », a reconnu le Premier ministre Jean Castex, le 10 décembre, appelant la population à être raisonnable et suivre la recommandation d’un maximum de six adultes.

Serge Slama, professeur de droit public à l’université Grenoble-Alpes, explique que la police administrative n’a pas le droit d’intervenir dans un lieu d’habitation sans autorisation d’un juge, sauf dans certains cas d’urgence ou de flagrance. Ainsi, si le gouvernement a interdit les fêtes clandestines dans les lieux publics, rien n’empêche les gens de faire des soirées privées à la maison. « Tant que l’on respecte le couvre-feu, en ne sortant pas de 20 h à 6 h, on ne risque pas d’amende. Même si cela est contraire aux recommandations sanitaires », a reconnu Serge Slama.

Le nombre de fêtes privées est ainsi susceptible de se multiplier pendant la période des fêtes de Noël et de fin d’année. Le professeur de droit public note toutefois que l’organisation de ces fêtes n’est pas sans risques. « Imaginons qu’un convive attrape le covid lors de la fête et qu’il décède ensuite. Sa famille pourra se retourner en responsabilité civile et, le cas échéant, pénale contre l’organisateur de l’événement », a-t-il expliqué.

COMMENTEZ

connectez-vous pour commenter
avatar
  S’abonner  
Notifier de