Les femmes prennent enfin le pouvoir dans les jeux vidéo en devenant les égales des hommes

Cette année à l’E3, les annonces ont été nombreuses et une chose est sûre, les femmes ont une place privilégiée dans les jeux à venir, ce qui est une grande avancée dans une industrie où les femmes sont peu représentées.

L’E3 2018, L’ANNÉE DES FEMMES

Sony a fait fort lors de l’ouverture de sa conférence en présentant la nouvelle vidéo du jeu The Last Of Us Part II. En effet, lors de la scène d’ouverture on peut voir Ellie, petite fille qui accompagnait le héros du premier jeu, maintenant devenue adulte et qui se trouve à une fête lors de laquelle elle embrasse sa petite amie avant qu’un flashback se fasse et nous entraîne vers une démonstration de gameplay. Cette scène est une grande avancée non seulement pour la visibilité LGBT + mais également pour l’image des femmes dans le jeu vidéo. Notons par ailleurs que Ellie n’est pas le seul personnage féminin à être lesbienne, Chloé de Life is Strange l’est également.

Mais l’E3 a également été pour les éditeurs un moyen de mettre en avant leurs jeux mettant en scène des femmes fortes qui n’ont rien à envier aux hommes. On prendra par exemple Gears of War 5 et son héroïne Kait, une mercenaire « dur à cuire » ou encore l’extension Wolfenstein : Youngblood dans lequel on a le choix entre deux personnages féminins pour tuer du Nazi. Même Assassin’s Creed, une licence qui avait été critiquée pour n’avoir jamais laissé le choix au joueur d’incarner un assassin homme ou une femme sans avoir de différences de caractéristiques, change maintenant la donne en proposant de jouer un ou une hoplite tout aussi puissant(e) l’un que l’autre. Même Nintendo a créé des versions féminines de leurs héros pour leur Super Smash Bros. Ultimate.

UNE ÉVOLUTION QUI FAIT POLÉMIQUE

Phil Spencer, le dirigeant de la division Xbox de Microsoft se réjouit d’une telle évolution : « Ce que je vois évoluer, et je m’en félicite, c’est l’industrie qui prend davantage en compte son rôle au sein de la société. A ses débuts, ce n’était que du divertissement, mais maintenant certains jeux ont une dimension artistique, d’autres permettent d’aborder des sujets de discussion importants, et je pense que l’interactivité et la coopération qui sont au cœur de notre industrie rendent cette forme d’art unique, et qu’elle va continuer à prendre de l’importance. »

Toutefois, cela ne s’est malheureusement pas fait sans heurts, encore cette année. Le jeu Battlefield V a été lourdement critiqué lors de la sortie de la bande-annonce montrant que le joueur pouvait incarner une femme. Les critiques clamaient que les femmes n’étaient pas au front lors de la Seconde Guerre mondiale, ce qui est totalement faux. A force de petits pas, de petites intégrations de personnages féminins dans les jeux les plus “masculins”, les éditeurs ont peu à peu tâté le terrain, ce qui nous mène aujourd’hui à des jeux où les femmes ont une importance égale aux hommes.

DES FEMMES FORTES DANS LES JEUX VIDÉOS, C’EST POSSIBLE

Même si aujourd’hui, on assiste à une montée en flèche de la visibilité et de l’importance des femmes dans les jeux vidéos, il ne faut pas oublier que c’est un mouvement qui a déjà été amorcé depuis quelques années. Lara Croft par exemple, l’héroïne de la série de jeux Tomb Raider a subi une très grande évolution en passant d’icône sexuelle à femme forte aventurière lors des reboots des jeux. La série des Dragon Age a permis, dès le premier jeu, d’incarner au choix une femme ou un homme, ce qui ne changeait rien à leurs capacités. Dans FIFA 15, des équipes féminines étaient même intégrées.

Il existe bien d’autres jeux dans lesquels les femmes ont la première place, c’est le cas notamment de Aloy, l’héroïne de Horizon : Zero Down ou bien encore de Senua dans Hellblade : Senua’s Sacrifice. La princesse Zelda aussi a connu une grande évolution en passant de princesse à sauver à une battante dans Breath of the Wild. Ces jeux sont récents certes mais nous pouvons rappeler que le personnage de la saga Metroid, Samus Aran est une femme tandis que le jeu date de 1986. Comme quoi quand on veut donner de l’importance aux femmes, c’est possible. En espérant que malgré les critiques qui risquent de se faire entendre, les éditeurs ne fassent pas marche arrière et continuent l’avancée vers la parité dans les jeux vidéos.


Accompagnez-nous sur les réseaux sociaux