piles
— Hryshchyshen Serhii / Shutterstock.com

Les équipes médicales d’un hôpital de Dublin ont récemment été amenées à retirer plus d’une cinquantaine de piles du système digestif d’une femme qui les avait délibérément avalées dans un acte auto-destructeur.

Plus d’une cinquantaine de piles AA et AAA

Âgée de 66 ans, la femme avait été admise à l’hôpital universitaire St. Vincent après avoir ingéré un « nombre inconnu » de piles cylindriques, selon un rapport publié dans l’Irish Medical Journal. Une radiographie a révélé la présence d’une multitude de piles dans son abdomen, ne présentant heureusement aucun signe de dommages structurels et ne semblant pas obstruer son tractus gastro-intestinal.

Les médecins ont d’abord adopté une approche « conservatrice », suivant étroitement la patiente afin de voir combien de piles passeraient d’elles-mêmes par le tube digestif. En l’espace d’une semaine, cinq piles AA ont pu être éliminées naturellement, mais les radiographies effectuées au cours des trois suivantes ont montré que la grande majorité d’entre elles n’avaient pas bougé. À ce moment-là, la patiente ressentait des douleurs abdominales diffuses.

Une laparotomie, consistant à pratiquer une incision pour accéder à la cavité abdominale, a par la suite été pratiquée. Celle-ci a révélé que l’estomac, distendu par le poids des piles, s’était étiré jusqu’à la zone située au-dessus de l’os pubien. L’équipe a ensuite pratiqué un petit trou dans l’estomac et retiré 46 piles de l’organe, AA et AAA. Quatre autres piles, coincées dans le côlon, ont été « poussées » dans le rectum et retirées par l’anus, portant le nombre total de piles ingérées à 55.

opération
— Gorodenkoff / Shutterstock.com

Une dernière radiographie a ensuite confirmé que le tube digestif de la femme était officiellement exempt de piles et qu’elle s’en remettrait « sans séquelles ». Il s’agit selon les auteurs de l’étude du plus grand nombre d’objets de ce type ingérés en une seule fois.

Des conséquences potentiellement graves

La plupart des cas similaires documentés dans les revues médicales décrivent l’ingestion de petites piles boutons par des enfants. Si celles-ci peuvent traverser le système digestif sans causer de dommages, il arrive qu’elles restent coincées dans leur gorge, où leur interaction avec la salive peut produire un courant électrique et des réactions chimiques à l’origine de lésions tissulaires graves et de saignements.

L’ingestion de piles cylindriques de plus grande taille pouvant également présenter ces dangers, ainsi que le risque de fuite chimique et d’obstruction du tube digestif, les auteurs de la nouvelle étude soulignent l’importance de ne pas sous-estimer le potentiel de tels objets à entraîner des urgences chirurgicales aiguës.

Plusieurs autres cas médicaux surprenants ont été rapportés ces derniers mois, incluant le développement de champignons dans la gorge d’un homme, ou la naissance de jumeaux conçus à une semaine d’intervalle.

S’abonner
Notifier de
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments