Deux présidents de Fédération tenant la coupe Jules-Rimet

Mondial 1966 : le trophée est dérobé trois mois avant le début de la compétition

Cette histoire est pour le moins cocasse et a tous les ingrédients d’un bon film policier. En 1966, c’est à l’Angleterre que revient l’honneur d’accueillir l’événement sportif le plus important du football. Petit problème et non des moindres, la coupe Jules-Rimet (trophée remis aux vainqueurs) est volée à Westminster trois mois avant le début de la compétition. Nous sommes le 20 mars 1966 et le trophée est exposé dans l’abbaye de Westminster aux côtés d’une collection de timbres rares. Un individu profite de l’absence momentanée des gardes pour s’introduire dans le bâtiment et dérober la coupe. Alors que Scotland Yard se met sur les traces du voleur, la Fédération anglaise de football reçoit un appel d’un certain Joe Jackson, qui réclame 15 000 livres en petite coupure en échange du précieux trophée.

Alors que le responsable de la Fédération avait interdiction de contacter les autorités, il finit par céder sous la pression et le suspect sera interpellé six jours plus tard… Mais pas de trace de la coupe Jules-Rimet. Joe Jackson, de son vrai nom Edward Betchley, affirme ne rien savoir et déclare n’être qu’un intermédiaire. Dans la panique, la Fédération commande à la hâte une copie de la coupe. Finalement, le trophée sera retrouvé le lendemain de façon inattendue dans un parc du quartier de Norwood. Un certain David Corbett est en train de promener son chien Pickles quand ce dernier déniche sous un bosquet un drôle de paquet. Enveloppé dans du papier journal, le colis suspect contient… la fameuse coupe Jules-Rimet. Finalement, l’Angleterre gagnera la compétition et récupérera le trophée pour quatre ans. Pour la petite histoire, le trophée sera à nouveau dérobé en 1983 à Rio de Janeiro mais ne sera jamais retrouvé. 

COMMENTEZ

connectez-vous pour commenter
avatar
  S’abonner  
Notifier de