Vue d’artiste de TOI-1231 b — © NASA / JPL-Caltech

Des chercheurs du Jet Propulsion Laboratory de la Nasa et de l’université du Nouveau-Mexique ont récemment identifié une planète pour le moins étrange, orbitant autour d’une naine rouge située à environ 90 années-lumière de la Terre.

Une température similaire à celle de la Terre

Dans le cadre de travaux à paraître dans The Astronomical Journal, les chercheurs ont pu à la fois caractériser l’astre et mesurer le rayon et la masse de l’exoplanète TOI-1231 b. Ces données leur ont ensuite permis de calculer la densité de l’atmosphère de cette dernière et de formuler des hypothèses au sujet de sa composition. Corps tempéré de type mini-Neptune, cette planète environ 3,5 fois plus grande que la Terre met un peu plus de 24 jours pour faire un tour complet de son étoile.

Bien que TOI-1231 b se révèle huit fois plus proche de son astre que la Terre ne l’est du Soleil, sa température s’avère similaire à celle de notre planète (57 °C), car les naines rouges sont les étoiles plus petites et les moins chaudes de l’Univers. Selon les astronomes, cette particularité fait de ce monde l’une des exoplanètes les plus froides et adaptées aux études atmosphériques découvertes à ce jour, et laisse supposer la présence de nuages voire peut-être de traces d’eau dans son atmosphère.

« Les observations futures de cette nouvelle planète nous permettront de déterminer à quel point il est courant, ou rare, que des nuages d’eau se forment autour de ces mondes tempérés », estime Jennifer Burt, scientifique au JPL de la Nasa. « Bien que des études supplémentaires soient nécessaires pour comprendre précisément sa composition, la faible densité de TOI-1231 b indique qu’elle est entourée d’une atmosphère épaisse », souligne de son côté Diana Dragomir de l’université du Nouveau-Mexique.

Représentation d’une naine rouge — © NASA / Walt Feimer

D’après les auteurs de l’étude, celle-ci pourrait être composée d’hydrogène, d’un mélange d’hydrogène et d’hélium, voire de vapeur d’eau. Chacun de ces éléments indiquerait une origine différente, permettant aux astronomes de mettre en évidence d’éventuelles différences dans la formation des planètes autour des naines rouges et des étoiles semblables au Soleil.

« Cette nouvelle planète reste étrange, mais elle se rapproche un peu plus de celles qui composent notre voisinage »

Pour ce faire, les scientifiques peuvent observer si le gaz est emporté par le vent et rechercher des traces d’atomes d’hydrogène et d’hélium – ce qui est généralement impossible car leur présence est masquée par le gaz interstellaire. Cependant, comme ce système planète-étoile s’éloigne rapidement de la Terre, l’équipe a bon espoir d’y parvenir.

« L’un des résultats les plus intrigants des deux dernières décennies de la science des exoplanètes est que, jusqu’à présent, aucun des nouveaux systèmes planétaires que nous avons découverts ne ressemble au Système solaire », estime Burt. « Ils sont remplis de planètes dont la taille se situe entre celle de la Terre et de Neptune et dont l’orbite est beaucoup plus rapprochée que celle de Mercure, de sorte que nous n’avons aucun exemple local auquel les comparer. »

« Cette nouvelle planète reste étrange, mais elle se rapproche un peu plus de celles qui composent notre voisinage. Comparée à la plupart des mondes en transit détectés jusqu’à présent, dont la température atteint souvent des centaines ou des milliers de degrés, TOI-1231 b est définitivement froide. »

COMMENTEZ

avatar
  S’abonner  
Notifier de