― Valmedia / Shutterstock.com

Depuis quelques années, l’écologie et la protection de la planète prennent une place de plus en plus importante dans le quotidien des Français. Toutefois, le temps presse et les actions mises en place sont loin d’être concrètes pour lutter contre le changement climatique. La décision du tribunal est historique.

L’État accusé de ne pas en faire assez envers le réchauffement climatique

C’est non sans cacher sa joie que Cécile Duflot, directrice générale d’Oxfam France, annonce la décision historique du tribunal administratif de Paris. Le 3 février, la directrice dévoile : « Aujourd’hui, on est 2,3 millions de personnes à avoir gagné. Cette décision met fin au débat : non, l’État n’en fait pas assez pour lutter contre le réchauffement climatique ! »

Assigné en mars 2019, l’État est reconnu coupable d’inaction. Suite à cette décision, l’État doit mettre en place « toutes les mesures permettant d’atteindre les objectifs que la France s’est fixés en matière de réduction des émissions de gaz à effet de serre […] afin de faire cesser pour l’avenir l’aggravation du préjudice écologique constaté », révèle le compte-rendu. Par ailleurs, 4 associations (Oxfam France, Notre affaire à tous, la Fondation pour la nature et l’homme et Greenpeace France) ont reçu un euro symbolique de la part de l’État. Que va changer cette décision ?

L’État a encore 2 mois pour prendre les bonnes décisions

Malgré cette première annonce encourageante, il faut attendre le jugement définitif rendu dans 2 mois, indique l’avocat Arnaud Gossement sur Twitter. C’est seulement à cette date que nous connaîtrons les mesures qui sont imposées à l’État. Toutefois, l’État peut encore faire appel, mais « ce serait un signal assez désastreux de la part de l’État, sachant que le tribunal a reconnu ses carences dans la lutte contre le réchauffement climatique », indique l’avocat de Greenpeace, Clément Capdebos.

Surnommée « L’Affaire du siècle », il s’agit du premier grand procès climatique de France. De son côté, l’État a réagi dans un communiqué publié sur le site du ministère de l’Écologie avouant ne pas avoir atteint les objectifs fixés, mais se félicitant d’avoir mis en place plusieurs actions.

COMMENTEZ

connectez-vous pour commenter
avatar
  S’abonner  
Notifier de