― Olena Yakobchuk / Shutterstock.com

Il y a quelques années, les bikers, les taulards et les gros durs étaient les principaux clients des tatoueurs. Mais cela a changé. Avec une clientèle désormais plus large qu’auparavant, les tatoueurs ont quitté les quartiers sombres pour ouvrir des boutiques modernes et stylisées. Dans une étude publiée le 18 février, l’UFC-Que choisir a indiqué que beaucoup d’encres utilisées en France contenaient des produits nocifs pour la santé.

Des produits très dangereux pour la santé

L’UFC-Que Choisir alerte : 75 % des encres de tatouage contiennent des substances nocives et dénonce la « présence de produits cancérigènes, neurotoxiques ou hautement allergisants ». L’association a fait tester en laboratoire 20 encres de tatouage les plus utilisées dans l’Hexagone. Les résultats sont choquants : parmi ces encres, seules cinq sont conformes à la norme. Ainsi, 75 % des produits testés représenteraient des risques sanitaires élevés. Les analystes ont notamment trouvé des substances indésirables (Isothiazolinones, hydrocarbures aromatiques polycycliques, amines aromatiques, etc.) à des taux élevés dans les quinze encres nocives.

Les analystes ont relevé des dérivés d’hydrocarbures toxiques dans les encres noires les plus utilisées, tandis que les encres rouges, vertes et jaunes contenaient des pigments risquant de se dégrader en libérant des amines aromatiques cancérigènes, mutagènes, toxiques pour la reproduction et sensibilisantes. Ces composants sont susceptibles de provoquer des allergies qui peuvent se déclarer rapidement ou longtemps après l’application du tatouage.

— Rawpixel.com / Shutterstock.com

Les professionnels réagissent à l’étude

Certains professionnels ont indiqué être surpris par les résultats de cette étude. « Elle revient souvent. Beaucoup de tatoueurs l’utilisent parce qu’elle a un rendu couleur rarement égalé par d’autres marques », a déclaré Michael, un tatoueur en région parisienne, après avoir appris que la marque Eternal qu’il utilise souvent est nocive. Selon lui, il s’agirait d’une grande marque fabriquée aux États-Unis qu’il pensait sans risque.

« Quand on commande une encre, on regarde ce qu’il y a dedans, ce qui convient à nos clients. Il y a des encres véganes, des encres plus naturelles que d’autres. Donc on fait attention à ça, mais après, ça reste quand même de l’encre noire et forcément, on n’a pas tous les termes techniques pour savoir s’il y a des produits extrêmement mauvais », a-t-il ensuite expliqué, soulignant qu’il est parfois compliqué d’y voir clair dans la composition des encres.

Pour d’autres tatoueurs, il s’agit d’une étude anodine qui revient tous les quatre ou cinq ans. « Les pigmentations, les normes européennes, les trucs sanitaires et tout ça… Alors c’est sûr qu’il y a très très longtemps, quand j’ai débuté, les encres n’étaient pas de très bonne qualité. Maintenant c’est de très très bonne qualité », a déclaré Bernard, tatoueur depuis quarante ans à Paris. Un avis partagé par le syndicat des tatoueurs qui indique que les complications liées aux tatouages sont rares et bénignes.

COMMENTEZ

connectez-vous pour commenter
avatar
  S’abonner  
Notifier de