87 empreintes de Néandertaliens ont été identifiées par les chercheurs — © Mayoral et al. / Scientific Reports

De nouvelles recherches ont mis en évidence les empreintes de pas fossilisées d’un groupe d’hommes de Néandertal accompagnés d’enfants, ayant foulé une plage de sable de la côte sud de l’actuelle Espagne il y a 100 000 ans environ.

Plusieurs dizaines d’empreintes fossilisées

Décrites dans la revue Scientific Reports, les empreintes de pas avaient initialement été localisées en juin 2020 par deux biologistes sur la plage de Matalascañas, dans le parc national de Doñana. Rapidement dépêchés sur les lieux, une équipe de paléontologues dirigée par Eduardo Mayoral a recensé un total de 87 empreintes de Néandertaliens ainsi que de nombreuses traces d’animaux fossilisés (appartenant vraisemblablement à des cerfs, des sangliers, des aurochs et des oiseaux marins).

La mesure de la taille et de la profondeur des empreintes a permis à l’équipe de déterminer qu’elles avaient été laissées par un total de 36 hominidés, comprenant 11 enfants et 25 adultes mesurant en moyenne 1m50 (avec 5 femmes et 14 hommes clairement identifiés). « Plusieurs zones présentaient des empreintes de pas groupées et chaotiques, suggérant la présence de très jeunes individus ayant possiblement joué sur le rivage », a détaillé Mayoral. « Certaines d’entre elles semblaient avoir été laissées par un enfant sautillant comme s’il dansait. »

Selon les auteurs de l’étude, ces traces auraient pu être laissées par les Néandertaliens alors qu’ils chassaient des oiseaux, de petits carnivores, cherchaient des crustacés ou flânaient simplement sur la plage.

L’équipe a analysé la longueur et la profondeur des empreintes pour estimer la taille et l’âge de leurs propriétaires — © Mayoral et al. / Scientific Reports

Remontant au Pléistocène supérieur, les empreintes de pas ont été laissées il y a 106 000 ans. Les Néandertaliens ayant vraisemblablement peuplé l’Europe il y a entre 400 000 et 40 000 ans, et l’Homme moderne atteint le Vieux continent il y a 46 000 à 44 000 ans, cela impliquerait que les deux espèces aient cohabité pendant plusieurs milliers d’années.

Des chasseurs-cueilleurs amenés à changer régulièrement d’environnement

Bien que les chercheurs aient découvert les empreintes le long de la côte, cela ne signifie pas nécessairement que les Néandertaliens fréquentaient assidument les plages. Selon l’équipe, il est plus probable que le sable ait fourni une base solide pour la fossilisation des empreintes. « Il faut garder à l’esprit que les Néandertaliens étaient des chasseurs-cueilleurs, qui se déplaçaient régulièrement pour subvenir à leurs besoins », a rappelé le paléoanthropologue Jérémy Duveau, co-auteur de l’étude.

Il y a deux ans, des chercheurs avaient mis au jour 257 empreintes de Néandertaliens remontant à 80 000 ans environ sur le site paléolithique du Rozel, en France. Selon Mayoral et ses collègues, le fait que les empreintes découvertes à Matalascañas précèdent ces traces de plusieurs dizaines de milliers d’années ferait d’elles les plus anciennes traces d’hominidés néandertaliens en Europe, voire peut-être dans le monde.

En septembre dernier, des paléontologues avaient annoncé la découverte exceptionnelle d’empreintes de pas humaines vieilles de 120 000 ans en Arabie saoudite.

COMMENTEZ

connectez-vous pour commenter
avatar
  S’abonner  
Notifier de