— © Daniel Oberhaus / Creative Commons

Le mardi 18 février 2020, une utilisatrice de Twitter, Karen Hao, a publié un post sur Twitter dans lequel elle écrivait : « J’ai passé une demi-année à creuser @OpenAI, le laboratoire de recherche sur l’IA basé à SF, fondé à l’origine par @Elon Musk. J’ai commencé par quelques questions simples : Qui sont-ils ? Quels sont leurs objectifs ? Comment travaillent-ils ? Après près de trois douzaines d’interviews, j’ai trouvé tellement plus»

Ce à quoi Elon Musk répondit qu’ « OpenAI devrait être plus ouvert » et ajouta que « toutes les organisations développant une intelligence artificielle avancée devraient être réglementées, y compris Tesla ».

OpenAI est une organisation fondée par Elon Musk, Sam Altman, Greg Brockman, Ilya Sutskever et Wojciech Zaremba en 2015. Au départ, c’était un organisme à but non lucratif doté d’un fonds d’1 milliard de dollars qui devait servir à faire des recherches sur une intelligence artificielle avancée qui pouvait servir au plus grand nombre.

Déjà en 2017, Elon Musk avait à l’esprit qu’il était nécessaire d’instaurer une réglementation pour régir le développement de l’intelligence artificielle. Mais avant cela, il faudrait créer une sorte d’agence de surveillance pour étudier et bien cerner le secteur avant d’établir des règles.

Au fil des années, OpenAI a subi un bon nombre de changements, notamment par la création d’une branche à but lucratif dans l’organisation. D’ailleurs, Microsoft a également investi 1 milliard de dollars dans l’organisation et a formé un partenariat avec elle. L’organisation s’écartant ainsi peu à peu de la vision de ses fondateurs.

Selon TechCrunch, les commentaires d’Elon Musk laissent à penser qu’il a pris ses distances avec OpenAI. Ce qu’il ne cache pas étant donné qu’il aurait déclaré n’avoir « aucun contrôle et qu’un aperçu très limité d’OpenAI ». Il confie également qu’il n’a pas une confiance « élevée » en Dario Amodei, le directeur de recherche d’OpenAI, pour garantir un développement sûr de l’intelligence artificielle.

Bien qu’il puisse sembler surprenant qu’Elon Musk demande lui-même à ce que des règles soient imposées à sa propre société, cela ne s’écarte pas de la position adoptée par le PDG qui est d’avertir contre les risques liés à la création d’une IA plus performante, plus intelligente et plus indépendante. D’ailleurs, selon lui, l’intelligence artificielle pourrait représenter une menace contre la civilisation humaine. Et tout porte à croire que c’est pour ne pas laisser l’humanité être dépassée par l’IA qu’il a fondé Neuralink.

COMMENTEZ

connectez-vous pour commenter
avatar
  S’abonner  
Notifier de