— Zadorozhnyi Viktor / Shutterstock.com

Votre mal de tête a-t-il miraculeusement disparu après vous avoir donné un bonbon en prétendant qu’il s’agissait d’un vrai médicament ? Si c’est le cas, vous avez peut-être vécu ce que l’on appelle un effet placebo. Si ce phénomène a eu des résultats extraordinaires sur certaines personnes, il ne faut pas oublier que ça ne marche pas pour tout le monde, et qu’il ne s’agit nullement d’un véritable traitement médical.

Une démonstration du pouvoir de l’esprit sur la matière

L’effet placebo est une amélioration psychologique ou psychophysiologique attribuée à un traitement avec une substance inerte ou à une procédure factice, appelé un placebo. Autrement dit, l’effet placebo se produit lorsque l’état d’un patient semble s’améliorer après avoir reçu un faux traitement. Si ce phénomène est connu du monde de la médecine depuis longtemps, on ignore encore la manière exacte dont cela se produit. En tout cas, l’effet placebo a pu être observé dans de nombreuses conditions différentes, notamment la douleur chronique, les nausées, l’hypertension artérielle et les troubles immunitaires.

Les traitements qui ont déclenché le phénomène sont tout aussi nombreux. Qu’il s’agisse de pilules, d’injection, d’intervention chirurgicale ou même d’un simple discours rassurant d’une figure de confiance sur l’efficacité du traitement, cela a pu aboutir à des améliorations psychophysiologiques que l’on ne doit à aucun véritable traitement. Notons que l’on peut classer les placebos en deux catégories : les placebos purs et les placebos impurs. Les placebos purs sont des traitements factices, tandis que les placebos impurs sont des traitements bien réels, mais inefficaces pour la pathologie traitée ; ou alors des traitements dont l’efficacité n’a pas encore été prouvée.   

Bien évidemment, pour que l’effet placebo fonctionne, il faut que le patient ait confiance en son traitement. D’ailleurs, des études ont montré que l’efficacité de l’effet placebo dépend de facteurs assez étonnants tels que l’apparence des comprimés et la manière dont le médecin accompagne le patient dans son traitement, a rapporté New Scientist. Il a notamment été observé que les pilules colorées fonctionnent mieux que les blanches et que les injections et les produits d’apparence plus coûteuse sont également plus puissants. Notons que dans ce cas, les patients savent que c’est un faux traitement, mais le placebo reste efficace. Il s’agit alors de placebo ouvert.

Aucune étude n’a pu prouver que l’effet placebo peut remplacer un véritable traitement

En résumé, l’effet placebo est ainsi une démonstration impressionnante du pouvoir de la pensée positive sur la santé et le bien-être. Mais est-ce que les placebos peuvent pour autant être utilisés comme traitement médical ? La réponse est non, et l’explication se trouve dans la définition même du terme. Comme mentionné précédemment, les placebos sont des faux traitements, et ils n’auront donc jamais les mêmes effets biologiques que les véritables médicaments et autres procédures médicales pour traiter une maladie. Même si les mécanismes psychologiques et physiologiques de l’effet placebo ont marché sur certains patients, beaucoup trop d’incertitudes entourent ce phénomène pour valoir la peine de risquer le bien-être des patients.

Malgré les vertus miraculeuses fréquemment louées de l’effet placebo, trop peu d’études ont en effet exploré et déterminé le fonctionnement du phénomène, son effet sur le court et long terme, et la manière dont il pourrait remplacer certains traitements dans le cadre clinique. Comme le souligne une récente étude publiée dans la revue Medical Journal of Australia, les placebos restent des outils très utiles pour la réalisation des essais cliniques, notamment pour le contrôle des biais. Mais tant qu’il y a des alternatives dont l’efficacité a pu être vérifiée par le biais de la recherche médicale, ces derniers doivent être priorisés.

COMMENTEZ

avatar
  S’abonner  
Notifier de