Cliché de l’astéroïde Ryugu capturé par la sonde spatiale Hayabusa-2 — © ISAS / JAXA / CC BY-SA 4.0

Les premiers clichés des échantillons de l’astéroïde Ryugu collectés par la sonde spatiale Hayabusa-2 ont récemment été dévoilés. Ceux-ci sont susceptibles de renfermer des molécules primitives ayant joué un rôle dans l’émergence de la vie sur Terre.

Une mission initiale brillamment remplie

S’il est rare que des « cailloux » enthousiasment autant les scientifiques, les échantillons que s’apprêtent à examiner les chercheurs de l’Agence d’exploration aérospatiale japonaise (JAXA) sont loin d’être des roches ordinaires. Stockés dans le conteneur de la sonde Hayabusa-2, ayant atterri dans l’Outback australien le 6 décembre 2020 après un périple aller-retour de 5,24 milliards de kilomètres jusqu’à l’astéroïde Ryugu, ceux-ci ont été rapatriés au Japon pour y être analysés.

Les clichés ont été réalisés le 15 décembre dernier, suite à l’ouverture de la première chambre d’échantillonnage (A) qui renfermait le matériel recueilli lors du premier atterrissage d’Hayabusa-2 sur Ryugu en février 2019. Prélevé à la surface de l’astéroïde, l’échantillon contenait des fragments de roche sombre de plus d’un millimètre.

Pour obtenir un échantillon « souterrain » de Ryugu, la sonde spatiale avait déployé le dispositif Small Carry-on Impactor (SCI) en avril 2019, équipé d’une charge explosive ayant formé un cratère artificiel d’environ 10 mètres de diamètre sur l’astéroïde. Stocké dans la chambre C, l’échantillon récolté en juillet 2019 (voir vidéo en fin d’article) comprenait des fragments plus massifs que ceux collectés à la surface de l’astéroïde, certains atteignant 1 centimètre de diamètre.

L’image de gauche montre le contenu de la chambre A et celle de droite celui de la chambre C. Le morceau d’aluminium pointé par la flèche proviendrait vraisemblablement de l’échantillonneur

Au total, ce sont environ 5,4 grammes de roches spatiales qui ont été collectés, soit une quantité 50 fois supérieure à celle requise pour l’analyse scientifique initiale (0,1 gramme) prévue pour cette mission.

D’importantes implications

Contrairement à Itokawa, astéroïde de type S (siliceux), dont les échantillons avaient été renvoyés sur Terre par la première sonde Hayabusa en 2010, Ryugu est un astéroïde de type C (carboné), qui devrait nous en apprendre davantage sur l’interaction entre les minéraux, l’eau et la matière organique au sein du système solaire primitif, et par extension sur l’origine de la Terre, des océans et de la vie.

La mission de la sonde Hayabusa-2 est loin d’être terminée. L’engin se dirige actuellement vers le micro-astéroïde à rotation rapide 2001 CC21, qu’il devrait survoler en juillet 2026, avant de poursuivre sa route vers 1998 KY qu’il devrait rencontrer en 2031. Entre-temps, celui-ci sera amené à observer diverses exoplanètes et à repasser par la Terre à deux reprises, en décembre 2027 et juin 2028, afin d’utiliser son assistance gravitationnelle.

COMMENTEZ

connectez-vous pour commenter
avatar
  S’abonner  
Notifier de