55 jours durant, les Français et les Françaises ont été confinés. Ces jours ont été particulièrement difficiles pour de nombreuses personnes, et nous pensons ici plus spécifiquement aux victimes de violences conjugales. Plus que des tensions dans le couple, le confinement a déchaîné la violence de certains partenaires, comme l’avaient craint de nombreux psychologues. Les services de police à travers la France ont noté une hausse entre 30 et 80 % d’appels en plus, beaucoup de victimes étant condamnées à rester toute la journée avec leur bourreau, sans échappatoire. Rien qu’en avril dernier, France 3 Occitanie avait estimé qu’à Toulouse les violences conjugales avaient augmenté de 83 % par rapport à la même période l’année dernière. Christophe Castaner avait lui annoncé une « hausse de 32 % en zone de gendarmerie et 36 % à Paris » des violences conjugales.

COMMENTEZ

connectez-vous pour commenter
avatar
  S’abonner  
Notifier de