3. Changement climatique

Les maladies transmises aux hommes par le biais des animaux sont des maladies à transmission vectorielle. Les moustiques sont des porteurs du virus du paludisme, du Zika et de la dengue. Ils se développent dans les climats chauds et se reproduisent pendant les saisons chaudes. Il en est de même pour les puces et les tiques. Le changement climatique entraîne une hausse accrue des températures et davantage de précipitations. Le réchauffement de notre planète favorise la croissance et la survie des animaux infectés. Quant aux précipitations, elles transportent les virus et les dispersent à travers le globe.

Le paludisme est considéré comme un problème de santé publique. Il fait aussi partie des maladies à transmission vectorielle sensibles au changement climatique à long terme. Selon une étude dans la région du Pendjab en Inde, des précipitations de mousson excessives et une humidité élevée favorisent la reproduction et la survie des moustiques. Quant aux rivières qui irriguent cette région, elles sont une des causes de paludisme périodique. À part la propagation réelle de la maladie, le changement climatique entraîne aussi des changements de ses modes de transmission.

COMMENTEZ

connectez-vous pour commenter
avatar
  S’abonner  
Notifier de