Dans une nouvelle enquête, l’Agence européenne des droits fondamentaux a révélé que la peur, la violence et les discriminations envers les personnes LGBT+ sont toujours aussi élevées en Europe. Des résultats peu encourageants qui risquent de s’aggraver davantage.

Des discriminations envers les personnes LGBT+ qui demeurent élevées

Aujourd’hui, en Europe, les personnes LGBT+ sont toujours plus nombreuses à vivre avec une grande peur et à être victimes de violences ou de discriminations, comme l’a révélé une enquête réalisée par l’Agence européenne des droits fondamentaux (FRA) et publiée le 14 mai dernier.

La FRA a rapporté que 43 % des LGBT+ ont subi des discriminations au cours des douze mois ayant précédé cette enquête. Ce chiffre est en hausse de six points par rapport à la dernière enquête réalisée en 2012. Concernant les transgenres, ce chiffre a augmenté de 60 %.

Par ailleurs, les personnes transgenres et intersexuées sont deux fois plus nombreuses que les autres personnes LGBT+ a avoir été victimes d’agression l’année précédant cette enquête. De plus, la moitié d’entre elles rapportent avoir de grandes difficultés pour subvenir convenablement à leurs besoins.

— Antonio Guillem / Shutterstock.com

Malte et Irlande : de bons élèves face à la Pologne

En Europe, Malte et l’Irlande sont les meilleurs élèves : parmi les personnes interrogées, nombreuses sont celles qui ont souligné une amélioration de la tolérance à leur égard depuis 2012. Même si 6 personnes sur 10 n’osent pas tenir la main de leur partenaire en public dans ces deux pays, contre 8 sur 10 en Pologne et 4 sur 10 au Luxembourg, ils demeurent des exemples. Autre point positif : parmi les 15 à 17 ans, environ 1 personne sur 2 rapporte avoir obtenu du soutien de la part de son établissement scolaire, aussi bien de camarades que de professeurs défendant les droits LGBT+. La FRA appelle de surcroît les gouvernements à mettre en place une “culture de la tolérance zéro envers la violence et le harcèlement” mais également à former les forces de l’ordre afin d’améliorer l’enregistrement des crimes de haine.

Néanmoins, face à Malte et l’Irlande, la Pologne demeure un mauvais élève en Europe. Dans son rapport annuel sur 49 pays européen, comprenant également la Turquie et la Russie, l’association ILGA-Europe alerte également sur les menaces sur les droits des personnes LGBT+, notamment en cette période de crise liée à la pandémie de coronavirus. “L’histoire montre que ceux qui sont vulnérables avant une crise le deviennent encore plus après”, a notamment expliqué Evelyne Paradis, directrice exécutive d’ILGA-Europe. Cette dernière redoute également une aggravation des discriminations envers les personnes LGBT+ en Europe.

Pour la cinquième année consécutive, Malte est le premier pays où les droits des personnes LGBT+ sont les mieux respectés, suivi de la Belgique et du Luxembourg, selon le classement établi par ILGA-Europe. La France n’est qu’à la treizième place. Parmi les pays les moins bien notés se trouvent l’Arménie, la Turquie et l’Azerbaïdjan. La Pologne est le pays européen le moins bien classé.

#RainbowEurope : Il n’y a eu aucun changement positif dans 49 % des pays. En savoir plus sur http://www.rainbow-europe.org

Des discriminations qui risquent de devenir encore plus nombreuses

Michael O’Flaherty, directeur de la FRA, craint que les difficultés en matière d’emploi et de soins de santé risquent de s’aggraver en raison de la pandémie de coronavirus. Cette agence a également ajouté que les discriminations augmentent lorsqu’un discours négatif est prononcé par des médias, politiciens ou personnalités publiques.

Nous avons récemment assisté à des attaques contre les marches des fiertés, à l’adoption de déclarations de zones sans idéologie LGBTI”, a également regretté Helena Dalli, commissaire européenne à l’Égalité.

COMMENTEZ

connectez-vous pour commenter
avatar
  S’abonner  
Notifier de