© Pexels

Intelligence artificielle

L’intelligence artificielle est un sujet délicat qui clive beaucoup de populations quant à son futur. Doit-on continuer son développement massif ou plutôt le limiter ? Énormément de personnes se montrent de plus en plus sceptiques et craignent le pire, à savoir une totale autonomie de penser et de contrôle à terme. Les fabricants, eux, se montrent bien plus optimistes et tentent de les perfectionner pour proposer des résultats toujours plus étonnants.

Concernant les poupées sexuelles intelligentes, elles sont toujours assez primaires. Ce sont, techniquement, pour le moment, uniquement des ordinateurs magnifiés. Elles n’ont aucune sensibilité et ne sont capables que d’imitations sommaires de comportements et d’émotions limitées. La conscience, même rudimentaire, est une caractéristique qui est prévue sur du très long terme, de par la complexité de son développement.

Si la plupart des entreprises s’accordent pour dire que cette intelligence augmentée est l’objectif principal, le but est davantage de créer des machines capables de penser et de ressentir de manière détachée, mais pas totalement indépendantes. Les chercheurs et entreprises ne trouveraient pas tant d’intérêt à proposer des machines intelligentes, pensantes et conscientes. Les programmer avec une variété de traits de comportements, de caractères et d’émotions différents semble être la voie privilégiée !

COMMENTEZ

avatar
  S’abonner  
Notifier de