― Mikhaylovskiy / Shutterstock.com

Les déchets plastiques posent problème depuis de nombreuses années. Selon une nouvelle étude, une quantité importante de ces déchets se sont retrouvés dans l’océan depuis le début de la pandémie de coronavirus. Près de 26 000 tonnes de déchets plastiques ont notamment été déversées dans l’océan depuis la détection des premiers cas de Covid-19 en Chine.

La plupart des déchets proviennent des hôpitaux

26 000 tonnes de déchets plastiques liés à la pandémie polluent les océans, selon une étude publiée dans la revue PNAS. Ces déchets plastiques sont constitués d’équipements de protection individuelle (EPI), comme des masques chirurgicaux, des gants et des visières. Selon Yiming Peng, Peipei Wu, Amina T. Schartup et Yanxu Zhang, les auteurs de l’étude, la pandémie de Covid-19 aurait entraîné une demande accrue de plastiques à usage unique, intensifiant un problème mondial qui est déjà incontrôlable.

D’après les chercheurs de l’université de Nanjing, en Chine, 87 % de ces déchets plastiques proviendraient des hôpitaux et 7,6 % des particuliers. Les pays ne seraient tout simplement pas en mesure de les gérer et de les traiter. 46 % de ces déchets mal gérés proviennent d’Asie, 24 % d’Europe, 16 % d’Amérique du Sud, 8 % d’Afrique et 6 % d’Amérique du Nord.

— Martina Badini/Shutterstock.com

Les déchets ont été transportés dans les fleuves

Les déchets plastiques ont été transportés dans 369 grands fleuves, avant de déboucher dans les océans. Certains fleuves ont subi plus de pollution que d’autres, à savoir le Shatt al-Arab, dans le sud-est de l’Irak, qui a transporté 5 200 tonnes de déchets plastiques ; le fleuve Indus, dans l’ouest du Tibet, qui a transporté 4 000 tonnes de déchets plastiques ; le fleuve Yangtsé, en Chine, qui a transporté 3 700 tonnes de déchets plastiques ; et le Danube, en Europe, qui a transporté près de 1 700 tonnes de déchets plastiques.

D’après les scientifiques, tous les déchets plastiques accumulés pendant la pandémie de Covid-19 finiront dans les fonds marins ou sur les plages d’ici la fin du siècle. Les auteurs de l’étude notent qu’une meilleure gestion des déchets médicaux est nécessaire dans les épicentres pandémiques, tout particulièrement dans les pays en développement.

Les déchets plastiques mettent en danger de nombreuses espèces marines. En mars dernier, l’on a par exemple découvert un poisson piégé dans un gant médical lors d’un nettoyage de canal à Leiden, aux Pays-Bas.

2
COMMENTEZ

avatar
2 Fils de commentaires
0 Réponses de fil
0 Abonnés
 
Commentaire avec le plus de réactions
Le plus populaire des commentaires
2 Auteurs du commentaire
Pierre PuissantRosette Vilain Auteurs de commentaires récents
  S’abonner  
plus récent plus ancien Le plus populaire
Notifier de
Rosette Vilain
Invité
Rosette Vilain

A part ça on n’arrête pas de dire  »plus de plastique.. »

Pierre Puissant
Invité
Pierre Puissant

Je comprend pas pkoi les dirigeant n enlève pas ses déchet avec des barges et une grue a part constater il faut agir vite??