Le drame continue : à seulement 3 mois, la dernière orque née en captivité à SeaWorld est morte

Triste nouvelle pour les défenseurs des animaux : Kyara, la dernière orque née en captivité à Seaworld vient de mourir à l’âge de 3 mois. Un décès qui vient à nouveau mettre en lumière les terribles conditions de vie des orques dans les parcs aquatiques, mais qui va aussi particulièrement toucher la mère du jeune animal.

LA DERNIÈRE ORQUE NÉE EN CAPTIVITÉ

L’année dernière, le parc aquatique SeaWorld annonçait la fin de son programme de reproduction d’orques. Une décision qui s’accompagne de l’interdiction de l’élevage d’orques en captivité en Californie, et qui a été saluée par les associations de défense des animaux. Elle a même été qualifiée de « moment charnière » par Gabriela Cowperthwaite la réalisatrice de BlackFish, un documentaire dénonçant la captivité des orques et ayant aidé à changer les mentalités sur ce sujet.

Même si Seaworld n’a pas relâché ses animaux en mer, cette mesure annonçait, à terme, la fin des orques en captivité aux États-Unis. Mais peu avant que le parc aquatique ne se décide à stopper son élevage d’orque, un des animaux est tombé enceinte et un dernier bébé, nommé Kyara, a vu le jour dans le parc Seaworld de San Antonio au Texas.

UNE MORT À SEULEMENT 3 MOIS

Après le décès en début d’année de l’orque Tilikum, emblème du monde animal qui a inspiré le documentaire BlackFish, voici une autre nouvelle qui va attrister les passionnés d’animaux. Kyara, dernière orque née en captivité à Seaworld, est décédée ce lundi 24 juillet à seulement 3 mois.

Si les rapports de l’autopsie n’ont pas encore été dévoilés, il semblerait que ce soit une pneumonie qui ait causée la mort du jeune animal. Kyara est la quarantième orque à mourir à SeaWorld. Ce décès rappelle les tristes conditions de vie de ces cétacés. Comme nous le soulignons dans un article, les associations mais aussi de nombreux scientifiques rappellent à quel point les orques sont des êtres sociaux et intelligents qui ne devraient en aucun cas vivre en captivité. Pourtant, Seaworld se refuse toujours de relâcher ses animaux.

L’IMPACT DU DÉCÈS SUR LES AUTRES CÉTACÉS

Parmi les cétacés toujours en captivité, on retrouve notamment la mère de Kyara. PETA s’inquiète aujourd’hui des conséquences de la mort prématurée de l’animal sur sa mère. En effet selon une étude, les cétacés ont un comportement similaire aux humains en cas de deuil.

« Ces animaux font leur deuil ainsi. Ils sont tristes et stressés. Ils comprennent que quelque chose ne va pas. Et c’est un comportement qui a été repéré universellement » rapporte Melissa Regente, biologiste à l’Université de Milan. La mère de Kyara risque donc d’être tout particulièrement touchée par le décès de sa fille. Un décès qui vient à nouveau nous rappeler les horribles conditions de vie que subissent les orques au sein des parcs aquatiques SeaWorld.

Tout comme les humains, les orques sont particulièrement touchés par le décès de leurs proches

Accompagnez-nous sur les réseaux sociaux